AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 Franchir le Rubicon + Robin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
Hawthorn Avery
▌ Messages : 119
Humeur :
Franchir le Rubicon + Robin Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Franchir le Rubicon + Robin Right_bar_bleue

En couple avec : -
Nouveau nom (voyageurs temporels) : -

QUI SUIS-JE?
Baguette: A définir
Camp: Mal
Avatar: Tom Hardy

Franchir le Rubicon + Robin Empty
Message#Sujet: Franchir le Rubicon + Robin   Franchir le Rubicon + Robin Icon_minitimeMar 3 Mai - 23:45



Franchir le Rubicon
Robin & Hawthorn
Attablé au Emerald, une pinte à la main, Hawthorn Avery fait le bilan avec son cousin Reed, qu’il a envoyé à la pêche aux informations à Rory Callahan, principalement parce que s’il arrive à présent à marcher sans boiter, ressentant à peine une légère gêne au genou, ce n’était tout de même pas gagné au départ. « Je ne comprends pas pourquoi tu as peur de lui, honnêtement. Il parait que tu as envoyé bouler trois huissiers cette semaine ? Tout le monde ne parle que de ça ! » Il y a, constate le dessinateur, dans les paroles du jeune mangemort quelque chose qu’il ne lui avait jamais vu. De l’enthousiasme, voire…oui, quelque chose comme de l’admiration. Comme s’il était enfin devenu un ainé qu’on pouvait prendre comme modèle et qu’il n’était plus seulement un pigeon manipulable. L’idée le laisse perplexe. Qu’a-t-il donc pu bien faire pour susciter cela chez cet espèce de branleur aux tendances fanatiques ? Était-ce le ton décidé qu’il a utilisé pour l’expédier voir Callahan, parce qu’il n’était pas d’humeur à s’en laisser compter par un gamin ? Le fait qu’il ait vraiment envoyer bouler deux autres huissiers, le premier d’un sort, les deux autres en les descendant dans son escalier manu militari, parce qu’ils l’emmerdaient dans sa convalescence ? A tout prendre, ça pourrait aussi bien être le récit que Reed s’est imaginé sur la base du sien. « Un endoloris, waw, cette enflure a du le sentir passer », a-t-il dit, bouche bée, aussi rêveur que les gamins à qui Hawthorn signait des autographes lorsqu’il était batteur avec les Flèches d’Appleby.

Le voilà d’ailleurs reparti sur O’Riordan, faisant questions et réponses. et cette fois l’ingénieur écoute attentivement. Il devrait aller voir Callahan, ce qu’il raconte l’intéresse. Ton O’Riordan, là, dit encore Reed, c’était un des hommes de mains du frère de Rory. Un dangereux, en plus d’être un sang-de-bourbe. Et son cousin de tirer des plans sur la comète. Comment est-ce qu’il dit qu’elle s’appelle, la voisine ? Talbot ? Hmm. Banal. Une autre sang-de-bourbe, évidemment. Hawthorn ne le contredit pas, curieux de voir où va le raisonnement, et comment « tu » devient « nous ». Ce nous qui a peut-être mis le doigt sur quelque chose, donné un coup de pied dans la fourmilière et pourrait intéresser le Maitre. Jedusor. Reed s’y connait plus que lui dans l’art d’obtenir ses faveurs, alors Thorn l’écoute en sifflant sa bière, se gardant bien de prendre position. Contrairement à son cousin, il ne croit pas à la bonté de Jedusor, mais il veut bien que le petit s’approprie sa gloire – quelle gloire ? – si ça éloigne les menaces contre sa mère et si ça lui permet, à lui, de s’occuper du cas O’Riordan, même s’il ne sait pas encore trop comment.

Conscient qu’une réponse de sa part est tout de même attendue, l’ancien joueur de quidditch finit quand même par dire : « Oui. Je vais voir. Tu es sûr de ce qu’il dit, Callahan ? » Le gamin sourit et trinque avec une conviction ingénue : « Il parle pour la cause, il ne mentirait pas…en tout cas, on dirait que la chance te sourit, cousin, ça change. Bien joué. » Là encore, Thorn se garde de le contredire, aussi amusé par ces félicitations – mais pour qui tu te prends, le mioche ? a-t-il envie de demander, frondeur – que circonspect à propos de Callahan. La bienveillance du propriétaire du Emerald est aussi sujette à caution que celle du grand patron, le Maitre, comme Reed aime l’appeler, de son point de vue. On verra bien. Mais qui sait ? Ça ne coute rien de trinquer : «Pourvu que ça dure, comme dirait l’autre. C’est pour moi, allez. » Même si c’est plutôt l’argent abandonné par un ou deux huissier terrorisé qui paye.

Pourtant, l’ancien joueur de Quidditch se prendrait à y croire à son tour et Thorn a le sourire en partant pour retrouver Robin. Se pourrait-il que Reha ait eu raison, finalement, que la chance tourne s’il continue sur cette ligne , alors que ça paraissait irréel au départ. Il y a quelques jours encore, si on lui avait dit que le vieil oncle Richard Fawley, le frère de sa mère, débarquerait pour lui expliquer qu’en cognant Baxter, il lui avait rendu un fier service en le débarrassant provisoirement du gêneur et qu’il annulait sa dette, ça lui aurait semblé irréel. Et pourtant, la rumeur semble s’être répandue comme une trainée de poudre et l’oncle Richard n’est pas le seul à avoir apprécié – à croire aussi que bien des sangs purs sont moins riches que le mépris affiché pour Jeremy Avery et son héritier ont toujours laissé supposé.

Tout va pour le mieux, donc. Lui manque juste la compagnie de Robin, dont Hawthorn aurait été privé même s’il n’avait pas rencontré cette mésaventure avec l’ex-petit ami de celle-ci, puisqu’elle était de toute façon occupée par un gros cycle de négociation de contrats de sponsoring avec plusieurs équipes de Quidditch, qui a mobilisé tout le service juridique de H&A toute la semaine passée et que lui avait de toute façon pris quelques jours pour s’occuper de ses soucis financiers. Ils ont cependant convenu qu’ils se retrouveraient le vendredi soir, et vendredi, on y est, alors c’est au siège de H&A que Thorn remonte et devant lequel il s’arrête.

D’ailleurs, il faudrait qu’il lui parle de Rafael, à elle aussi. Mais il n’en a vraiment pas la moindre envie – pourquoi évoquer les choses qui fâchent, surtout celles qui lui donnent le mauvais rôle et pour lesquelles il n’a pas la conscience tranquille, je vous le demande - alors qu’il la guette parmi les employés qui sortent à l’heure de la débauche. Enfin, il aperçoit une chevelure blonde qu’il reconnaitrait entre mille. Pouffant parce qu’elle tournoie sur elle-même, se demandant manifestement s’il est là, Hawthorn traverse la rue pour attraper la jeune femme par la taille, hilare : « C’est moi que tu cherches, miss Hammond ? » Lui volant un baiser, il l’enlace gentiment. « Tu commençais à me manquer, tu sais ça ? Allez, viens. » Et c’est vrai, c’est vraiment le point d’orgue de sa semaine, songe-t-il pour lui-même. Il a suffit qu’il la voit pour que sa journée s’illumine. Passant un bras sous le sien, il l’entraine à sa suite. « Les négociations se sont bien passées ? Tu as l’air crevée, tu auras mérité ton week-end. »

Ce qui amène directement Hawthorn a parlé d’un plan qu’il a méthodiquement élaboré. Parce que Robin lui manque et qu’il trouve qu’il ne la voit pas assez. Qu’ils pourraient clarifier les choses, aussi. Ce qu’il veut lui semble évident, mais qu’il ne sait pas trop ce que la jeune femme en pense. Il lui semble que ça ne lui déplait pas, mais qu’elle ne prendra pas l’initiative d’aller plus loin si on ne l’y aide pas, situation qui le frustre lui, même s’il n’a que de bonnes intentions à son égard – de son point de vue – et le rend impatient alors même qu’il ne veut pas la brusquer. Peut-être qu’en changeant de cadre, cela fonctionnerait. A force, il a fini par comprendre qu’elle était pour le moins novice en la matière, alors il s’est dit qu’en sortant de leurs habitudes et de leurs rendez-vous habituels, il aurait une chance. Le voilà donc parti à exposer son plan : « A propos de week-end…j’ai une idée. Ou plutôt une surprise. Je suis un peu en fond, en ce moment, ça change, alors comme ça fait longtemps que j’aimerai bien t’inviter, je me disais… est-ce que ça te dirait qu’on prenne trois jours à la mer, toi et moi ? Si ça te dit, on part maintenant. J’ai tout prévu, je connais un hôtel charmant à Brighton... » C’est bien plus facile quand on a de l’argent devant soi, même acquis illégalement, chose qui n’était pas arrivée depuis longtemps à Thorn. Il a de quoi se payer trois repas par jour pour le reste du mois, le loyer est payé et les dettes les plus urgentes ont été annulées alors il s’est dit que c’était l’occasion ou jamais, lui qui n’a jamais pu inviter Robin comme il voulait. Si bien qu’il se fait légèrement pressant, demandant anxieusement :  « Alors, tu veux ? »
(C) CANTARELLA.

_________________
MALCHANCE & MAUVAISE VIE

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Robin Hammond
▌ Messages : 252
Humeur :
Franchir le Rubicon + Robin Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Franchir le Rubicon + Robin Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Neutre
Avatar: Florence Pugh

Franchir le Rubicon + Robin Empty
Message#Sujet: Re: Franchir le Rubicon + Robin   Franchir le Rubicon + Robin Icon_minitimeLun 9 Mai - 19:58

❝ Hawthorn & Robin❞Franchir le RubiconDans le bureau, les discussions vont de bon train. Après des semaines fatigantes pour le service juridique, le dernier contrat de sponsoring de la saison a été signé et chacun va enfin pouvoir profiter d’un week-end bien mérité. Le temps est, pour le moment, encore clément en Angleterre, l’occasion d’en profiter en famille ou de partir sur la côte. Quoiqu’il en soit, chacun à des plans et tout le monde compte bien mettre à profit le temps imparti. De son côté, Robin n’a guère de plan si ce n’est passer un peu de temps à la maison et voir Thorn. En réalité, à force d’entendre ses collègues parler des leurs, elle le regretterait presque. Ça doit être plaisant, songe-t-elle de pouvoir se permettre de faire des plans.

Nul doute que si elle le demandait, Hawthorn tenterait probablement de lui proposer quelque chose mais elle n’ose pas. Après tout, il a des problèmes financiers. Ils n’en ont que peu parlé, mais elle connaît la situation qui est la sienne. Savoir qu’il lui faudrait puiser dans l’argent qui lui est nécessaire pour pouvoir satisfaire un besoin égoïste chez elle la fait se sentir coupable. Après tout, sa famille est fautive, du moins, c’est comme ça qu’elle le voit. Qu’importe que l’oncle Jeremy ait mal géré ses affaires et perdu sa fortune de lui-même, ils auraient pu faire plus pour les aider et peut-être les choses auraient-elle pu s’arranger.

C’est une pensée qui la pèse et qu’elle préfère ne pas verbaliser. En parler avec son père ? C’est admettre qu’elle voit Thorn, un fait qui sera loin de lui plaire, elle l’a compris maintenant. De son côté, l’ingénieur a beau lui dire que, elle, ce n’est pas pareil, ça ne l’empêche pas d’être mal à l’aise quand même. Impuissante, elle doit se résoudre au statu quo. Une situation qui ne lui plaît pas et dont elle n’a pas l’habitude. Si on la sait prompte à mettre les pieds dans le plat, c’est souvent parce qu’elle n’a pas conscience de le faire, mais encore plus parce qu’elle n’aime pas les non-dits.

Qu’importe, soupire-t-elle, il n’y a pas grand chose qu’elle puisse faire. Heureusement, elle a prévu de voir Hawthorn après le travail. Ils passeront sûrement la soirée chez lui et ça remontera le moral de la jeune femme. Le reste de la journée file et la voilà dehors plus vite qu’il ne faut pour dire Quidditch. Elle salue ses collègues d’un signe de main enthousiasme, leur souhaitant un bon week-end et tourne sur elle-même pour voir si elle aperçoit la silhouette de son compagnon. Il la fait sursauter en l’enlaçant et elle se laisse embrasser sans protester même s’ils ne sont pas loin de H&A.

- Merlin Thorn, tu m’as fais peur, mais oui, évidemment c’est toi que je cherchais. Qui veux-tu que ça soit d’autre ?

En réalité, et elle refuse d’ailleurs de l’admettre elle-même, parfois, quand ils se baladent sur le Chemin de Traverse, son regard se perd dans la foule. Avide de reconnaître un visage en particulier tout en sachant que c’est l’endroit où il est le moins susceptible de le trouver. Entre eux, le prénom est presque tabou et Robbie en est heureuse. Dans le fond, il vaut mieux pour elle ne pas perdre de temps avec des regrets puisque c’est bien tout ce qu’il reste de leur relation. Entre savoir et pouvoir il y a un monde de différence et bien qu’elle sache tout à fait rationnellement que c’est le mieux à faire, l’espoir est tout de même présent.

Heureusement, elle parvient tout de même à chasser rapidement l’importun de ses pensées et à concentrer son attention sur Hawthorn. Ils s’engagent sur le Chemin de Traverse - bondé à cette heure - en direction de l’appartement du jeune homme tandis qu’ils échangent sur leur journée de travail respective.
La proposition de Thorn, elle ne s’y attendait pas. Surprise, elle l’est pour le moins, mais également très heureuse. Après tout, n’est-ce pas précisément ce qu’elle attendait voir ce qu’elle espérait ? Si, mais elle n’a pas l’esprit tranquille, hésite puis finalement fini par dire avec le plus de diplomatie qu’elle le peut :

- Honnêtement, ça me ferait extrêmement plaisir Thorn, mais est-ce que tu es sûr que c’est bien raisonnable ?

Une question que peu d’hommes aiment entendre, néanmoins Robin ne se sentirait définitivement pas à l’aise de profiter de l’argent de son compagnon comme ça. Pas quant elle, justement, est bien plus en fond que lui. Il a l’air vexé, elle le voit, aussi se retient elle de proposer de payer une partie au moins et prend sa main avec un sourire contrit :

- Je ne veux pas te vexer, crois moi, mais je veux dire que tu ne dois pas t’inquiéter si tu penses qu’il faut que l’on fasse quelque chose d’exceptionnel pour qu’on ne s’ennuient pas. Ta présence me suffit largement.


Pourtant, il a l’air affreusement sérieux et Robin finit par dire :

- Il faudrait que je trouve une excuse pour déloger tout le week-end, mais ça doit pouvoir se faire.

Parce qu’il ne faut pas rêver, ni Setor ni Pia n’accepteront qu’elle parte en week-end avec leur ancien gendre en devenir.
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Franchir le Rubicon + Robin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Robin Hammond
» Robin Hammond
» Robin Hammond
» (FB) La chute | Robin
» Les Hiboux de Robin Hammond
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Le reste du monde
-