AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: boif d'if, ventricule de dragon, 26,2 cm
Camp: Mal
Avatar: Christopher Walken

Message#Sujet: Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]   Mer 23 Mar - 18:20


Quand le marionnettiste coupe les ficelles.
C'

était une mécanique simple, mais qu'il aurait pu reconnaître - à regret - bien huilée, s'il avait seulement conscience de ce qui lui arrivait. Mais ce n'était pas le cas. Il n'y avait plus l'ombre d'une conscience dans ce corps-ci. Si conscience et esprit il y avait, ils avaient été relégués à un recoin si éloigné de son être qu'il était tout bonnement incapable d'y accéder. Et bien sûr, il n'avait pas la force de tenter de le faire. Mécanique bien huilée. Il n'était qu'un pantin, une marionnette, à la merci de celui qui l'avait progressivement dépossédé de tout ce qui importait pour lui. Mais cela, il n'en savait rien non plus. Il ne réalisait pas que chacune des décisions qu'on lui imposait l'éloignait de la perspective de récupérer l'empire que Grindelwald avait mis en place avant lui, et dont il avait récupéré le flambeau avec orgueil et la certitude de faire au mieux. L'édifice ne s'était pas effondré, ça non, il avait pris de l'ampleur, même, mais ce n'était plus lui qui en était le maître. Et là, encore, il ne comprenait pas que tout lui échappait. Il ne comprenait pas parce que l'on avait ordonné qu'il ne comprenne pas. Éteint, enveloppe vide, il vivait à peine, attendant les prochains ordres, sans même s'en rendre compte. L'attendant sans réaliser qu'il l'attendait.

Et ce soir, comme presque tous les soirs, il était venu frapper à sa porte. Non pas celui qui avait déloyalement pris sa place, mais celui qui était à ses ordres, et qui avait en charge la mission de le tenir à carreau le temps des opérations, le temps de rallier les neo-grindelwaldiens à celle des chevaliers de Walpurgis. Celle des mangemorts, à présent. Mais cela aussi, Dimitri n'en savait rien. Il était complètement déconnecté de ce qui le concernait pourtant directement. De ce qui ne le concernait bientôt plus. Il ne connaissait pas même le nom et le prénom de celui qui venait le voir si régulièrement pour entretenir avec tant de soin le sortilège qui maintenait son esprit sous contrôle. Il le voyait sans le voir, d'ailleurs. Il savait qu'il devait venir parce qu'il lui disait qu'il viendrait, et qu'il fallait attendre d'ici là. C'était absolument tout. Il aurait été ramené à son état normal, il n'aurait sans doute pas reconnu les traits de son visage, cette carrure haute, ces cheveux bruns, ces yeux marron intense.

Il avait frappé la porte, comme à chaque fois, un nombre de coups spécifique qui lui permettait de se distinguer des autres visites. Pour le reste, il ne sut pas réellement ce qui se passa. Un temps, il se trouvait dans son salon, l'instant suivant, dans une bâtisse déserte dont il ne connaissait rien. Il se serait sans doute montré soit inquiet, soit défiant, au moins sur le qui-vive, en d'autres circonstances. Mais ce n'était en l'occurrence pas le cas. Il n'était pas en mesure d'éprouver aucune de ce sensation. À la place, il se contentait d'observer et d'attendre ce qui seraient forcément les autres, toisant Daniel de toute son inconsistance.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 1636
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Hum... célibataire.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois de hêtre, ventricule de dragon.
Camp: Mal
Avatar: Drew Fuller

Message#Sujet: Re: Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]   Ven 6 Mai - 20:31

Quand le marionnettiste coupe les ficelles

La mission était clair, ne pouvait être interprété que d'une seule manière, et elle convenait totalement à Daniel. Il le savait bien, il n'avait aucun droit à l'erreur, mais il savait aussi que c'était une mission décisive, qu'on lui confiait, et qui donnait bien la preuve qu'il avait la confiance de Voldemort. Quoi qu'il arrive, il n'avait pas l'intention de le décevoir. Il le savait, c'était sa chance, c'était maintenant ou jamais. Alors il avait tout planifié pour réussir son coup, et aussi pour ne pas se faire prendre. Car, évidemment, la mission était dangereuse, et ses retombées pourraient bien lui être fatales. Il s'agissait de commettre un crime, et non des moindres. S'il voulait espérer que ce coup d'éclat ne soit pas le dernier, il allait devoir la jouer fine, et c'est pour cette raison qu'il avait absolument tout mis en place et planifié avec un soin particulier, comme on ne le connaissait que très peu chez lui. Il avait décidé de l'heure, du lieu et des circonstances, tout était sous contrôle, tout irait comme sur des roulettes, il en était sûr et certain. C'était plutôt confiant, et un frisson d'excitation lui parcourant l'échine, qu'il s'était rendu dans la demeure où Borodine était confiné, parce que l'imperium le lui imposait. Il lui était interdit de sortir. Mais aujourd'hui, il allait prendre l'air. Pour la dernière fois.

Daniel frappa le nombre de coup usuel et se retrouva face à cet homme qui devait avoir une réputation, à l'époque, mais qui n'était plus aujourd'hui que l'ombre de lui-même. Il n'en menait vraiment pas large, l'ex chef des neo-grindelwaldiens. Triste fin. Et Daniel ne comptait pas lui offrir un final digne de son ancienne réputation, d'ailleurs. Il ne lui adressa pas le moindre mot, une fois à l'intérieur, il se contenta de l'assommer, ce serait plus simple pour le transplanage d'escorte. Il avait longuement réfléchi à la meilleure manière de procéder. Et au final, il avait trouvé l'endroit idéal : une usine désaffectée et interdite au public. Personne n'irait les interrompre ici, et surtout, personne ne l'entendrait crier. Son corps, s'il l'était, mettrait une éternité à être retrouvé, et il serait simple de dissiper les traces de son passage. Bref, ce serait simple comme bonjour. Et ce fut donc en ces lieux qu'il le fit transplaner, l'attachant à une chaise, ligoté, pour l'empêcher de se défendre. D'accord, ce n'était pas aussi glorieux qu'un combat singulier, mais ce n'était pas la forme qui importait, après tout, c'était surtout le résultat, et le résultat serait là. De toute façon, en quoi se défendrait-il ? Il était pour le moment complètement dans le coltar. Pour le moment, car pour sa dernière heure, Daniel voulait que Dimitri Borodine soit parfaitement conscient, qu'il sache de quoi il allait mourir. Pour cette raison, il annula le sortilège d'imperium après qu'il ait ouvert les yeux.

"Je suppose que vous devez vous poser beaucoup de questions. Dommage pour vous, je n'aurais sans doute pas le temps de répondre à tout avant de vous tuer."


Parce qu'il perdrait patience, et parce qu'il ne faudrait pas non plus qu'il puisse, d'une façon ou d'une autre, donner l'avantage à Borodine.


_________________


Je suis comme un chien mouillé, qui peut se prendre tous les coups
Les plus belles dérouillées, et suivre son maître partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: boif d'if, ventricule de dragon, 26,2 cm
Camp: Mal
Avatar: Christopher Walken

Message#Sujet: Re: Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]   Ven 6 Mai - 21:04


Quand le marionnettiste coupe les ficelles.
Q

uand il avait ouvert les yeux, attaché à sa chaise dans ce bâtiment désaffecté, c'était un homme dénué de conscience qui avait posé son regard sur son oppresseur. Dimitri n'avait pas la moindre idée de ce qui était en train de se dérouler, ni même de ce qu'il s'apprêtait à subir. Il avait face à lui l'homme qui contrôlait son esprit depuis des mois, maintenant, et il ne savait que faire d'autre, ni ne réfléchissait à quoi faire d'autre. Il n'éprouvait pas la menace qui planait au-dessus de lui, il ne réalisait pas qu'il pourrait bien pousser son dernier souffle d'ici quelques minutes seulement. C'était même très probable. Au fond, c'était le mieux qu'il pouvait espérer. Mourir sans en avoir confiance, ne pas réaliser ce qui l'attendait, ne pas se rendre compte qu'on lui avait dérobé ni plus ni moins qu'un empire. Mais ce n'était pas ce qui allait arriver. La cruauté de l'ennemi ne tolérait pas une telle clémence. Quand l'ancien chef des neo-grindelwaldiens lâcherait son dernier souffle, il aurait pleinement conscience de ce qui lui arriverait, et de ce qu'il abandonnerait, de fait. Car en effet, Daniel, en pointant sa baguette dans sa direction, le désenchanta.

Le sortilège eut sur lui comme l'effet d'une douche glacée. Le regard se posait sur Daniel et le voyait pour la première fois. Pourtant, ils avaient eu plus d'une occasion de se trouver dans la même pièce, tous les deux, mais il l'avait regardé sans le voir. Maintenant, il le voyait bel et bien... Et ce qui lui était donné d'observer avait de quoi l'étonner. Un adolescent qui lui promettait la mort. Qu'est-ce que cela pouvait bien vouloir dire. Dimitri tenta d'observer la situation froidement, avec autant de raison que possible, pour ne pas céder à une panique qui aurait été on ne peut plus compréhensible (en effet, comment concevoir le contraire quand on se réveillait de ce qui pouvait s'assimiler à un long commun, le tout pour voir des corder lui entraver les bras et les jambes, et un jeune homme lui donner l'assurance de sa mort prochaine, alors qu'il avait le sentiment de le connaître ni d'Ève, ni d'Adam. Au mieux, son visage et sa voix lui étaient un tant soit peu familiers, mais ça n'allait pas au-delà.

-Me tuer...
répéta-t-il, parfaitement interdit. Qui êtes-vous ?

C'était bien sûr la question qui lui venait immédiatement à l'esprit. Il était en danger, il ne pouvait pas le nier. Il n'avait pas sa baguette sur lui et il se trouvait à la merci d'un simple gamin. Alors, la solution qui lui restait, c'était de gagner du temps et d'essayer de dénouer la situation. Qui sait, peut-être parviendrait-il à retourner la situation à son avantage ? Rien n'était encore exclu. En attendant, même si ce n'était pas simple, il fallait prêter attention à chaque détail, garder son sang-froid et tirer profit de la moindre information, du moindre détail qui lui permettrait de s'extirper à la situation.

-Je doute que tu veuilles me tuer.
ajouta-t-il pour se donner contenance. Tu ignores qui je suis, les miens te le feraient payer cher.

Les siens. Les neo-grindelwaldiens... Sauf qu'ils avaient retourné leur veste. Et à cause de lui, d'ailleurs.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 1636
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Hum... célibataire.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois de hêtre, ventricule de dragon.
Camp: Mal
Avatar: Drew Fuller

Message#Sujet: Re: Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]   Jeu 26 Mai - 22:24

Quand le marionnettiste coupe les ficelles

Le sortilège avait fonctionné. Il ne fallut pas longtemps à Daniel pour son rendre compte. Tout à coup, le regard de Dimitri avait cessé d'être vague et brumeux, il était plus vif, plus alerte. Daniel ne pouvait que deviner ce qui était en train de se passer dans son esprit. Il devait imaginer qu'il devait y avoir un sacré bordel, dans la tête de l'ancien dirigeant des neo-grindelwaldiens à l'heure actuelle. Il revenait tout à coup à la conscience dans un endroit inconnu, sans avoir la moindre conscience de ce qui se passait, de ce qui lui arrivait. Face à un homme âgé de seulement dix-neuf ans qui prétendait devoir le tuer, le vouloir et être proche de le faire. Il savait garder son sang froid. Daniel devait reconnaître qu'il était plutôt impressionné, même très impressionné, du calme dont il faisait preuve face à une situation aussi grave qu'incompréhensible. Il devait réfléchir à toute vitesse au sujet de la situation, se chercher une échappatoire. Mais il n'y en aurait aucune. La mission de Daniel était claire, nette et précise. Et il n'avait pas l'intention de faillir, et encore moins de trahir la confiance de Tom. Il lui était beaucoup trop précieux. Vraiment trop précieux. Oui, il cherchait un moyen de s'en sortir, et il le prouva en invoquant le fait que Daniel aurait les hommes de Borodine à dos. Le jeune homme esquissa un sourire en coin à cette remarquer. S'il savait... Il était perdu. En fait, Daniel allait prendre un malin plaisir à lui apprendre toute la vérité. Il fallait bien qu'il ait conscience de tout ce qu'il avait perdu avant que de mourir. Ce serait même la moindre des choses.


"Qui je suis ? Ça n'a pas la moindre importance."


Il aurait pu, par orgueil, décider quand même de faire les présentations, mais il préférait être honnête. Son nom et son prénom n'avaient effectivement aucun intérêt, parce qu'il n'était que l'instrument du destin. Celui qui tirait les ficelles, c'était Lord Voldemort, et c'était la seule personne qui devait compter. Par ailleurs, Daniel trouvait assez jouissive l'idée que Borodine réalise que l'homme qui allait mettre fin à ses jours n'était même pas l'ennemi qui avait pris sa place mais un simple sbire sans réelle influence, minimisant ainsi pour lui l'impact de son geste et son importance, alors qu'il allait tout de même changer radicalement leur vie, celle de tous les mangemorts, du moins.

"Pas plus que qui tu es."
ajouta-t-il sans perdre son sourire en coin. "Mais je sais qui tu es, Borodine."

Il regarda le vieil homme droit dans les yeux, il sentait qu'il allait prendre du plaisir à ôter cette vie, précisément. Son tempérament sadique prenait le dessus sur tout le reste.

"Les tiens, comme tu dis, les neo-grindelwaldiens, ne te sont plus loyaux, ils t'ont préféré un autre maître."
Il marqua une pause. "Tu ne comptes pas, je ne compte pas, seul Lord Voldemort compte." Il pointa de nouveau sa baguette sur Borodine. "Et toi tu n'es plus rien."


_________________


Je suis comme un chien mouillé, qui peut se prendre tous les coups
Les plus belles dérouillées, et suivre son maître partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: boif d'if, ventricule de dragon, 26,2 cm
Camp: Mal
Avatar: Christopher Walken

Message#Sujet: Re: Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]   Sam 28 Mai - 10:54


Quand le marionnettiste coupe les ficelles.
P

lutôt que de lui fournir une réponse claire, nette et concise, le jeune homme qui le maintenait sous son joug prit le parti de s'expliquer de la manière la plus énigmatique et cryptique possible. Son nom n'importait pas. À ses yeux peut-être, mais Dimitri, lui voulait mettre un nom sur le visage de l'homme qui cherchait à mettre fin à ses jours (et qui pourrait bien y parvenir, au demeurant, car pour l'heure, l'homme était bien incapable de se défaire des liens qui l'entravaient et qui l'empêchait de se défendre dignement - s'il devait mourir dans un tel état d'impuissance, il aurait atteint le summum du déclin, il ne pouvait imaginer une chute si violente après avoir franchi de telles hauteurs, périr inutilement de la main d'un inconnu qui lui refusait de décliner son identité). Il ajouta que sa propre identité n'avait pas plus d'importance, et bien sûr, l'homme qui se pensait toujours le chef de file des neo-grindelwaldiens brûlait de le détromper sur ce point. Il en fut bien incapable, en définitive, car au moment de sortir ce qu'il pensait être les meilleurs atouts de sa manche, son oppresseur dédaigna ses cartes avec un dédain tout particulier.

Il savait. Ce n'était pas du bluff, il avait extirpé à allez savoir qui ces informations précieuses : il dirigeait les neo-grindelwaldiens, c'était bel et bien le cas, ou du moins, s'il devait en croire les propos de son interlocuteur, il les avait dirigés, mais ces derniers avaient trouvé un nouveau maître. Dimitri fit au moins pour ne pas se montrer décontenancé, mais il l'était clairement, néanmoins. Quand cela était-il arrivé ? Il n'avait rien vu venir. Qui était ce Lord Voldemort ? Il n'en avait jamais entendu parler. Il n'y comprenait rien. C'était comme s'il avait vécu dans une bulle hermétique des mois entiers, sans qu'aucun son ni aucune vision ne puissent l'atteindre, sauf peut-être, à certains moments, des réminiscences qui restaient cependant ce qu'il y a de plus floues. Et là, cette bulle venait d'éclater. Le réveil était violent, brutal, sévère. Et Dimitri n'y comprenait rien. S'il devait mourir, ce devait être avec les honneurs, certainement pas comme ça. Et encore moins en ne sachant pas pourquoi.

-Tu mens.
fit-il d'une voix qu'il voulait assurée, mais qui chevrottait tout de même, plongeant ses yeux gris dans ceux de son interlocuteur. Il fallait qu'il mente, ce n'était pas possible autrement, il ne pouvait tolérer d'autres explications. Il tenta d'ignorer la baguette pointée sur lui, il fallait, en plus de trouver des explications, qu'il parvienne à gagner du temps. Je sais que tu mens.

Sauf qu'il n'en avait vraiment pas tant de certitude que ça, il était bien contraint d'admettre que son interlocuteur lui semblait plus que sérieux et décidé, et le sourire en coin qu'il affichait ne venait que conforter cette hypothèse. Il avait dans l'intention de le tuer au nom d'un ordre nouveau, et il en semblait impatient, même.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 1636
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Hum... célibataire.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois de hêtre, ventricule de dragon.
Camp: Mal
Avatar: Drew Fuller

Message#Sujet: Re: Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]   Dim 17 Juil - 21:44

Quand le marionnettiste coupe les ficelles

Le regard que Dan portait sur Borodine était assez singulier. En fait, il était surtout très contrasté. Le jeune homme savait sa réputation, il savait que cet homme avait été un fervent fidèle de Gelert Grindelwald et qu'il lui avait brillamment succédé avant que Voldemort ne lui mette des bâtons dans les roues. Mais ce Borodine là, il ne l'avait jamais rencontré. Lui, il n'avait vu que le Borodine manipulé, sous son emprise, le pantin dont il était le marionnettiste. Il l'avait toujours observé avec un regard vide, dénué de la moindre étincelle d'intelligence. C'était la première fois que le mangemort voyait une émotion réelle et sincère poindre dans le regard de son interlocuteur, et c'était presque grisant, d'ailleurs... Parce que ce qu'il pensait voir dans son regard, là, maintenant, tout de suite. C'était de la peur. Il se retrouvait pour la première fois concrètement devant l'homme qui avait mené tous les neo-grindelwaldiens, et ce dernier avait peur de lui. Et il avait raison. Car les menaces qu'il proférait n'étaient pas des menaces en l'air. Il allait le tuer, c'était sa mission, et il avait bien l'intention de le prouver. Il traînait la situation en longueur parce qu'il appréciait de découvrir le pouvoir qu'il possédait sur son interlocuteur. C'était la première fois qu'il se sentait à ce point en situation de pouvoir. Il pouvait bien comprendre que son interlocuteur cherchait à tout prix à retrouver le contrôle, mais c'était peine perdue. Parce que Daniel ne comptait pas le lui accorder. Il le faisait mariner, mais au final, le résultat serait la même. Daniel s'en sortirait indemne. Et Borodine lâcherait son dernier souffle.


"Je ne mens pas."
répliqua-t-il d'un ton très neutre tout en affichant un très léger sourire. "Il n'y a rien que tu puisses faire, c'est trop tard. Même si je te laissai vivre, plus personne ne voudrait de toi, plus personne ne croirait en trop. Tu es fini."

Il était fini, oui. Son règne sur les mages noirs étaient finis. Même les plus réfractaires à Jedusor ne pouvaient plus vouloir de Borodine, il avait perdu toute crédibilité en passant la main à Lord Voldemort. Et même s'il affirmait à ses ex fidèles qu'il avait été ensorcelé, qui ferait confiance à quelqu'un qui avait été mis sous imperium ? Est-ce que ce n'était pas une preuve ultime de faiblesse ? Si, ça l'était. Manifestement, ça l'était.

"Crois-moi, je te rends service en te tuant maintenant."


Il lui épargnait au moins une douloureuse humiliation et un retour à la réalité particulièrement délicat. Autant qu'il tire sa révérence maintenant.


_________________


Je suis comme un chien mouillé, qui peut se prendre tous les coups
Les plus belles dérouillées, et suivre son maître partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: boif d'if, ventricule de dragon, 26,2 cm
Camp: Mal
Avatar: Christopher Walken

Message#Sujet: Re: Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]   Lun 18 Juil - 18:17


Quand le marionnettiste coupe les ficelles.
B

orodine avait envie de remettre en cause la parole de son interlocuteur, et quelque part, il y avait de quoi. Il avait quel âge, ce nabot ? Il ne semblait vraiment pas si âgé que ça. C'était quand même malheureux de se faire tuer par un gosse qui devait faire le tiers de son âge, peut-être pire encore ! Mais il ne pouvait faire autrement que de prendre ses propos au sérieux, quoi qu'il en soit. Parce que des deux, c'était lui, tout de même, qui était attaché à une chaise, incapable d'esquisser le moindre mouvement. Toutes ses tentatives pour se défaire de ses liens avaient été infructueuses pour, l'heure, force lui était de le constater, il aurait aimé pouvoir se dépétrer de cette situation, mais il était totalement ferré, et bien sûr, on l'avait privé de sa baguette, il lui était impossible de se détacher. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était gagner du temps, mais gagner du temps pour quoi ? Il voulait croire en une aide providentielle, mais il ne pouvait s'empêcher d'accorder foi aux propos de Daniel. Parce qu'il était bel et bien là, parce qu'il n'avait que des souvenirs flous des derniers mois de son existence, parce que si tel était le cas, si un autre avait pris sa place, s'il avait prétendu donner son accord pour cela... alors oui, cela voulait dire qu'il avait perdu ses fidèles, et qu'il ne pouvait plus espérer après leur loyauté. Il ne savait que faire. La situation le dépassait, il était désemparé, pris au piège. Et ce gamin arrogant en avait manifestement conscience, il se délectait de l'instant, et le faisait durer au maximum.

"Leur loyauté n'est pas si facile à corrompre."
, répondit-il sns le croire réellement...

Malheureusement, il savait que la foi de ses fidèles n'avait pas été orientée vers lui mais vers la cause qu'ils défendaient, raison pour laquelle ils avaient accepté qu'il succède à Grindelwald quoi qu'il arrive. Raison pour laquelle ils accepteraient sans mot dire un autre successeur. Ce n'était pas le leader qui comptait, c'était la cause, ni plus ni moins que la cause. En soi, c'était une bonne chose, mais là, ce pouvait bien signer son arrêt de mort. En tous cas, il devait tenter le tout pour le tout et essayer tout de même, il n'avait pas le choix. Pour cette raison, il comptait bien prétendre des incertitudes. Ce gosse pourrait après tout les gober et avoir peur pour sa propre vie. C'était peut-être la seule chance qu'il aurait de se libérer et de s'en sortir. À ce stade, il avait bien conscience de ne pas en avoir beaucoup d'autres.

"Si tu me tues, ils te trouveront et te feront subir un sort pire encore. Tu ne peux pas vouloir ça."




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 1636
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Hum... célibataire.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois de hêtre, ventricule de dragon.
Camp: Mal
Avatar: Drew Fuller

Message#Sujet: Re: Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]   Mar 6 Sep - 23:18

Quand le marionnettiste coupe les ficelles

Daniel adressa à son interlocuteur et victime un sourire à la fois amusé et sceptique quand il affirma que la loyauté des neo-grindelwaldiens n'était pas si corruptible, qu'ils lui restaient fidèles quoi qu'ils puissent prétendre... Il n'y croyait pas du tout. La preuve, ils n'avaient pas mit longtemps après la mort de Grindelwald pour le remplacer par le type qu'il avait sous les yeux. Ils étaient fidèles à une idée, pas à un homme, et ils se rangeaient du côté du plus fort, c'était normal. Et le plus fort, ce n'était pas le type ligoté à sa chaise, certainement pas. Le plus fort, c'était Tom Jedusor. Il n'avait aucune chance, aucune. Daniel était convaincu que les anciens neo n'avaient eu aucun scrupule à trahir leur nouveau maître, et qu'ils savaient où était leur voie. Ce n'était pas tout à fait vrai, en fait. Il finirait par s'en rendre compte s'il finissait par découvrir l'existence de l'Hydre, mais ce n'était pas encore le cas pour le moment.


"Je vais te tuer"
, répondit Daniel avec un fin sourire aux lèvres. Quand l'homme déchu parlait de sa mort au conditionnel, le sbire de Lord Voldemort en parlait au futur. Parce qu'il allait le tuer, oui. Borodine n'avait rien pour se défendre, et ce n'était qu'une question de secondes, maintenant (parce qu'il n'allait pas le faire mariner davantage, la situation était drôle, mais il fallait en finir, au bout d'un moment). "Et crois-moi, je te survivrais pendant très longtemps, je côtoierais les tiens, et ils n'auront pas une seule pensée pour toi. Tu n'es rien, tu n'es plus rien du tout, et ça fait longtemps que ça dure." Il se pencha devant Dimitri pour qu'il distingue chacun des mots qu'il prononçait, ce même s'il parlait à voix basse pour donner plus de force à leur propos. "Tu ne manqueras à personne. Je te rends un fier service en abrégeant ton sort, crois-moi."

Il se redressa, serra plus fermement sa baguette entre ses doigts, et la pointa une bonne fois pour toutes sur son interlocuteur. Cette fois, c'était fini. Il aimait le sentiment de puissance que lui donnait cette situation, vraiment. Mais ce n'était pas un jeu. Il ne faudrait pas qu'il échoue par excès de confiance. Il était trop proche du but, et c'était SON moment, l'occasion de prouver à son maître qu'il était le plus loyal de ses sbires. Il osait croire que ce fait d'arme, cette action, ferait savoir le rôle déterminant qu'il pouvait jouer pour les mangemorts, prouver qu'il avait de l'importance, contrairement à ce que certains (certaines) avaient l'air de penser.


"Adieu, Borodine."
Réplique classique, mais efficace. "Avada Kedavra."

Le sort fila pile sur sa cible, maîtrisé, efficace. Il l'avait fait.
Dimitri Borodine était mort. Il l'avait tué.




_________________


Je suis comme un chien mouillé, qui peut se prendre tous les coups
Les plus belles dérouillées, et suivre son maître partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le marionnettiste coupe les ficelles. [pv Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Like a flower [Daniel]
» Haïti qualifiée pour la Coupe du monde U-17 de football
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Le reste du monde
-