AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Captive : où commander le Tome 2 Collector de Captive ?
26.90 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Imploding the mirage + Reha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
Hawthorn Avery
Hawthorn Avery
▌ Messages : 149
Humeur :
Imploding the mirage + Reha Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Imploding the mirage + Reha Right_bar_bleue

En couple avec : -
Nouveau nom (voyageurs temporels) : -

QUI SUIS-JE?
Baguette: A définir
Camp: Mal
Avatar: Tom Hardy

Imploding the mirage + Reha Empty
Message#Sujet: Imploding the mirage + Reha   Imploding the mirage + Reha Icon_minitimeMar 11 Mai - 23:55



Imploding the mirage
Reha & Hawthorn
La voix de Reed Avery est passablement agacée alors, ce qui n’aide pas Hawthorn lui-même à se calmer : il tourne en rond dans le salon du manoir de son oncle depuis une bonne demi-heure, après avoir traité son cousin de tous les noms. Reed est un sale gosse et ça n’a pas l’air de beaucoup le déstabiliser : il faut dire qu’il a choisi de lui-même de rejoindre le camp de Voldemort, par conviction, alors il ne voit pas bien quel est le problème de Thorn. Mais c’est que personne ne menace ses parents, à lui, à cet illustre cousin dont le seul métier est d’attendre oisivement que son père meure et de récupérer la charge de chef de famille en titre, qui pourra se permettre de donner des ordres et des conseils raisonnables et pleins de bon sens, ce qu’il a déjà entrepris de faire concernant l’ancien joueur de Quidditch : « Mais tu peux râler tant que tu veux, moi je te dis que tu as eu de la chance, et Reha ne te dira pas le contraire. » Oh oui, tiens, Reha, parlons en de Reha. Derrière sa cigarette, Thorn lui jette un coup d’œil courroucé par tant d’insensibilité. « Tu m’en diras tant. » Grince-t-il, sans plus, s’attirant un haussement d’épaules blasé. Vu ce qu’il vient de vivre ces derniers jours, il ne devrait pas être surpris, mais il n’est pas tout à fait habitué à l’idée qu’il ne connaissait finalement que mal son cousin. Reed, qu’il n’a toujours pris que comme un petit con, justement, est finalement le partisan d’un tueur, et peut-être un tueur lui-même. Il y a un dégout, autant lié à ça qu’au fait que deux personnes dont il est proche lui aient menti et qu’il soit piégé qui s’est logé dans son esprit dès qu’on évoque le sujet qui le distrait et qui évite à Thorn l’impair – pour le moins – de gifler Reed lorsque celui-ci continue d’un air suffisant : « Ne prends donc pas un air si amer, ce n’est pas comme si tante Persephone était morte, allons. Tu restes déjeuner ? »

Non, justement, il ne reste pas. C’est que si Reed en a pris pour son grade, même si ça n’a pas eu l’air de le toucher plus que ça, c’est surtout Reha qui avait convaincu Avery de rejoindre les mangemorts, et il lui en veut une botte, alors il a prévu de passer chez elle l’interroger un peu. Il compte bien ne pas se gêner pour lui dire ses quatre vérités. Depuis qu’il a vu Jedusor, Hawthorn enrage. De son impuissance, réalisation encore plus terrible lorsqu’il est passé voir sa mère, le jour d’après, sans pouvoir rien dire. Mais surtout du mensonge qu’on lui a vendu et à cause duquel il est piégé. Ils ont profité de lui et de sa naïveté. Ça n’est pas honnête, tout simplement. Si elle était vraiment son amie, l’aurait-elle entrainée là-dedans, en lui mentant ? Il la pensait honnête, franche et si Gryffondor qu’elle est - y a-t-il plus directe que Reha Shafiq en ce monde ? – et par conséquent, ne se doutait absolument qu’elle serait capable d’une telle supercherie. Certes, il est bien placé pour savoir que les gens ont souvent plusieurs facettes et qu’elles sont rarement toutes glorieuses, mais dans son cas, nécessité fait loi. Il a d’autant moins de scrupules, par exemple, concernant Robin, que ce n’est pas seulement sa misère qu’il résorbera si son plan réussit, mais qu’il pourra aussi dire à Jedusor, même s’il n’en pense pas un mot, qu’il a réussi à atteindre l’objectif de remettre des sang mêlés à leur place, même s’il se fiche, à vrai dire, de la nature du sang de Setor Hammond, même si Jedusor aurait eu un bon argument à lui donner s’il l’avait su.  

Thorn a droit à un sourire lorsqu’il tape à la porte de chez Reha. « Salut. Ça faisait longtemps qu’on ne s’était pas vu, alors je me suis dit que j’allais passer. » De fait, ils se voient régulièrement, leur amitié ne s’étant pas arrêté avec la fin de leurs années à Poudlard ou l’arrêt du Quidditch de Reha. Fut un temps où ils étaient à eux deux une sacrée paire de batteurs pour l’équipe de Gryffondor. Mais point de souvenirs dans l’esprit de Thorn aujourd’hui. Il lui arrive parfois de passer à l’improviste chez la jeune femme boire un verre, et la médicomage passe à l’occasion chez lui, ce qu’il tolère avec un brin de désespoir quand il voit son studio minable par rapport à l’appartement avec vu et terrasse de Reha. Mais là, il a aussi peu le cœur à la fête que la plupart des gens, même si lui est assez indifférent au sort de la petite Greene-Colton, d’Octavia Yaxley, ou de sa sœur. Sauver sa mère, sauver sa peau, lui semblent des sujets bien importants.

Elle le laisse entrer, et sans vraiment attendre, il lance avec acrimonie, allumant une cigarette : « Tu sais que je vais vu le chef ? Le Seigneur des Ténèbres. » Le ton est plus qu’amer et ironique, et il crache le titre sans aucun respect pour lui. « Enfin, oui, tu le dois savoir, tu devais même être au courant avant moi, tiens. » Il fait les cent pas, mais s’arrête finalement en plein milieu du salon pour fusiller Reha du regard : « Dans les griffes de quels dingues est-ce que vous m’avez envoyé, toi et Reed? Vous vous étiez bien gardé de me dire que ce que vous faisiez, c’était de conspirer et de tuer des gens ! » Et puis, avec rage : « Il menace de tuer ma mère si je ne lui obéis pas, tu es contente de toi ? »
(C) CANTARELLA.

_________________
SO LONG & LOST

By COM
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
Reha Shafiq
Reha Shafiq
▌ Messages : 323
Humeur :
Imploding the mirage + Reha Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Imploding the mirage + Reha Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 32cm bois de rose avec un ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mindy Kayling

Imploding the mirage + Reha Empty
Message#Sujet: Re: Imploding the mirage + Reha   Imploding the mirage + Reha Icon_minitimeMer 12 Mai - 22:06

❝Hawthorn & Reha ❞Imploding the mirage- Qui est le putain de fils de sombral qui vient frapper à cette heure ? , grogne Reha lorsqu’elle entend que l’on toque à la porte de son appartement.

Si pour tout le monde, il est l’heure de passer à table pour Reha, il est surtout l’heure de se mettre au lit. Elle rentre d’une garde de 48h à Ste Mangouste et n’a qu’une envie : dormir. Néanmoins, elle conçoit qu’il n’en est pas de même pour le commun des mortels. Avec un soupir, elle se lève du fauteuil sur lequel elle s’était fort peu gracieusement affalée et se traîne jusqu’à la porte. Lorsqu’elle ouvre celle-ci un sourire s’affiche sur son visage et elle s'efface pour laisser passer le nouveau venu.

- Ha, c’est toi ! C’est vrai que ça fait un moment, j’allai aller me coucher, mais je peux faire un effort. Ne reste pas sur le pas de la porte, entre.

La porte se referme et elle le suit dans l’appartement, se dirigeant avec autorité vers la cuisine pour prendre de quoi boire tandis que l’odeur de fumée se fait sentir.

- Thorn, sa voix est lasse, presque traînante. Je t’ai déjà dis que je n’aimais pas que tu fumes dans l’appartement.

Ses récriminations meurent devant les propos acerbes de son compagnon. La jeune femme se retourne pour lui faire face, les bras croisés sur sa poitrine, un sourcil levé. Son regard se fait incrédule et un rictus se forme sur son visage tandis qu’elle l’écoute l’homélie qu’il lui sert. Lorsqu’il termine, elle ferme les yeux et pince son nez avec ses doigts avant de pousser un long soupir.

- Dis-moi, Hawthorn. A quel moment, tu as cru que venir m’agresser chez moi était une bonne idée ?

Elle s’est approchée et lui fait face sans la moindre inquiétude. Son ami a beau faire une dizaine de centimètres de plus qu’elle et avoir une forme physique à faire pâlir d’envie les joueurs de Quidditch professionnel, ça ne l’inquiète pas le moins du monde. Elle lui enfonce un doigt dans la poitrine avant de siffler :

- Non, je ne suis pas contente. Je n’aime pas ton ton. Je n’aime pas que tu viennes ici pour me reprocher TES décisions et j’aime encore moins ton attitude vis à vis de notre maître. Reprends-toi !

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Reha a toujours connu Hawthorn. Comme beaucoup de sang pur, ils sont des cousins éloignés, mais c’est leur scolarité dans la maison des Gryffondor qui les a rapprochés. Tout deux batteurs pour l’équipe, il l’a aidé à détromper tous les imbéciles qui pensaient qu’une fille n’avait pas sa place à ce poste. Copain comme cochon, ils le sont restés après Poudlard, devenant amants occasionnels, lui comme elle ayant une préférence pour les relations sans avenir plutôt que stables. Si elle est donc prête à lui passer beaucoup de choses, il y en a que même son indulgence - déjà limitée - ne peut tolérer. Insulter le Seigneur des Ténèbres et lui reprocher des choix qu’il a fait en son âme et conscience en font partie.

- Juste pour que je sois bien sûre, tu n’as pas écouté un traître mot de ce que Reed t’a dit quand il t’a parlé des mangemorts ? Sois sérieux un instant, quand je t’ai parlé de suprématie sorcière, tu pensais que ça se faisait en distribuant des cupcakes ?

Agacée, mais également en colère, elle se dirige vers la cuisine et ouvre une bouteille au hasard dont elle se sert un verre :

- Qu’est-ce qui t’es passé par la tête en essayant de t’opposer au Maître ? Tu pensais réellement pouvoir faire le poids ? Même moi, je ne pourrais pas et pourtant, je suis une des meilleures duellistes au sein des mangemorts. Elle boit une gorgée du verre qu’elle vient de se servir avant de continuer. Évidemment qu’il a menacé ta mère. Elle hausse les yeux au ciel et relève sa manche pour désigner la marque. Ca, Thorn, c’est une promesse à vie.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
Hawthorn Avery
Hawthorn Avery
▌ Messages : 149
Humeur :
Imploding the mirage + Reha Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Imploding the mirage + Reha Right_bar_bleue

En couple avec : -
Nouveau nom (voyageurs temporels) : -

QUI SUIS-JE?
Baguette: A définir
Camp: Mal
Avatar: Tom Hardy

Imploding the mirage + Reha Empty
Message#Sujet: Re: Imploding the mirage + Reha   Imploding the mirage + Reha Icon_minitimeMer 19 Mai - 23:08



Imploding the mirage
Reha & Hawthorn
D’ordinaire, Hawthorn éteindrait sa cigarette et il obéirait à Reha sans rechigner, voire en s’excusant avec bonhomie. C’est qu’il n’a pas tant d’amis que ça, qui le connaissent et l’acceptent en sachant ce qu’il est, malgré son côté sociable, alors ceux qu’il a, il les garde précieusement, généralement plus fidèle – et plus intéressé aussi – par l’amitié que par l’amour, qu’il trouve plus facile à maintenir sur la durée. Mais c’est justement parce que Reha est une amie, peut-être la plus vieille de ceux-ci puisqu’ils sont entrés quasiment en même temps dans l’équipe de Quidditch de Gryffondor et que dès le début, ils ont eu en commun d’avoir ce statut un peu étrange de Gryffondor au sein de familles sang pures plutôt Serpentard, qu’il est si en colère et qu’il se sent si blessé par ce qu’il considère comme un complot contre lui. Ils l’ont pris pour un con, elle et Reed. De son cousin, qui est un abruti pourri gâté quand il s’y met, guère plus qu’un ado, ce n’est pas étonnant, mais Reha, c’est autre chose. Autant dire que Thorn lui en veut vraiment et qu’il se dit qu’il ne cédera pas un pouce de terrain.

C’est sans compter sur la force de caractère de Reha. Malgré lui, il recule comme si elle l’avait giflé lorsqu’elle lui enfonce un doigt dans la poitrine. En un éclair ou presque, elle a retourné la situation. Séché, parce qu’il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui réponde, l’ingénieur doit de nouveau affronter ce qu’il essaie d’éviter : en réalité, tout cela est largement de sa faute, et il n’y a pas eu besoin de beaucoup argumenter pour le convaincre. On dit souvent qu’il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir, et c’est particulièrement vrai dans le cas de Hawthorn Avery. S’il était honnête, il admettrait qu’il est surtout en colère contre lui-même, et peut-être contre Voldemort. Mais il n’est pas facile de contester les décisions de celui-ci, il en a fait l’amère expérience, qui l’a laissé terrorisé et épuisé. Il sait qu’il est coincé, également : c’est peut-être précisément parce qu’il le sait qu’il en veut autant à Reed et Reha. Alors qu’il ne cessait de se décomposer au fur et à mesure que la médicomage parlait, l’ordre qu’elle lui donne sonne comme une claque et l’ancien joueur de Quidditch ne peut s’empêcher de s’exclamer, à bout : « Mais est-ce que c’est bientôt fini de me donner des ordres ? Que je sache, je suis encore ton égal, et je crois que j’ai un peu le droit de hurler, oui ! » Ça commence à bien faire. Il dit oui à tout le monde, il obéit sans rien dire, mais Hawthorn Avery, pour cela, reste un sang pur doublé d’un Gryffondor. Il n’a pas forcément les moyens de ses ambitions, mais il tremble de colère tout de même. Cela fait trop de couleuvres avalées pour un seul homme en peu de temps, sans compter ce qui concerne H&A. Aux autres de subir, cette fois. « Vous vous attendiez à quoi, que je sois heureux de découvrir que vous m’aviez manipulé ? Eh bien figure toi que non ! »

Il suit pourtant Reha à la cuisine en l’écoutant, amer et fulminant, si bien qu’il attaque à son tour, avec un rire frolant l'hystérie : « Oh non, non, non, non, ne viens pas me dire que c’est de ma faute et que je n’ai vu que ce que je voulais, Reed s’est bien gardé de me dire ce que vous faisiez réellement. Tu crois vraiment que je vous aurais écouté si j’avais su ? Sérieusement ? » Parce que c’est à son tour, ici, de s’illusionner, si elle croit que c’est le cas. Et si elle est honnête, même elle le reconnaitra, même si Thorn ne rend pas forcément compte, sur le moment qu’il reconnait lui-même que ce n’est pas vraiment la faute de Reha et qu’elle a peut-être cru de bonne foi qu’il l’écoutait en connaissance de cause, ce qui n’était pas le cas. Un ton en dessous parce qu’il ne peut pas tout à fait lui donner tort lui non plus, même si ça lui arracherait la gueule de le reconnaitre, il maugréé, croisant les bras sur sa poitrine, lui jetant un regard mauvais qui semble la laisser de marbre : « J’ai toujours su que t’étais pas Gaia Yaxley, je me suis bien douté que ce n’était pas un truc de charité, mais Godric me pardonne, je croyais à un réseau d’influence, ou à un groupe visant à prendre le contrôle du Ministère, mais pas à du terrorisme ! » Si Thorn n’a pas d’affection particulière pour les moldus – en dehors des avions, les avions le fascinent – il n’a pas de détestation non plus pour eux : chacun sa place et les sombrals seront bien gardés. Il ne comprend pas plus la haine de ses cousins envers les sang mêlés et les nés-moldus, au contraire, il leur en voudrait presque de l’avoir mis au ban plus jeune pour cela, ayant constaté que la pauvreté et les choix peu conventionnels de son père menaient aussi sûrement à l’ostracisme qu’un statut du sang peu recommandable. Libres à ses cousins et à Reha de le défendre, donc, mais ce n’est pas son délire : ce qui l’a convaincu, lui, c’est sa haine envers un sang mêlé en particulier. S’il a à propos de la famille Hammond des envies de vengeance et une morale plus discutable lorsqu’il s’agit d’argent, Thorn n’est certainement pas un tueur, encore moins politique, et il est horrifié du projet des mangemorts. Pointant à son tour un doigt accusateur vers Reha, il ajoute vertement : « Si tu veux savoir, de mon point de vue, si on ne finit pas tous morts, à commencer par moi parce que j’ai contrarié le chef, on va tous atterrir en taule, Reed, toi, moi et lui ! » Halluciné qu’elle ne voit pas le problème, et même qu’elle ait pu adhérer à ça, il écarte les bras dans un geste dépassé, dans un dernier espoir de faire valoir le sens commun : « Tuer des gens, Reha, enfin ! »  Quel espèce d’idéal vaut cela ? Il n’y serait même pas prêt si on lui promettait la fortune des Hammond en échange. Parce que c’est foncièrement…mal ? Tiraillé en permanence entre son envie de récupérer son statut et les principes dans lequel il a été élevé, Avery en deviendrait presque schizophrène.

Autant dire que cela ne risque pas de s’arranger, puisqu’il est coincé du mauvais côté du point de vue de ses principes. Hawthorn le sait bien et il ne veut pas qu’il arrive de mal à sa mère. Par conséquent, se révolter et hurler contre Reha, qui malgré tout, reste une amie, c’est inutile, si bien qu’il finit par retrouver un volume et débit normal de parole. « Il m’a pris que personne ne m’avait expliqué que c’en était un, d’engagement à vie. » Lance-t-il d’un ton amer, avant de venir s’accouder à côté d’elle contre le plan de travail. Fronçant les sourcils d’un air pensif, l’ingénieur ajoute méditativement : « Ni qui il était, Lui. Maintenant, je commence à comprendre…» Et Lui, dit ainsi, ne peut faire référence qu’à une seule personne. Machinalement, il sort une nouvelle cigarette, mais s’interrompt en voyant le regard foudroyant de son ancienne camarade. Comme si la jeune femme lui avait adressé une nouvelle remontrance, il grogne : « C’est bon. Je sais que je n’ai plus le choix et que je ne peux m’en prendre qu’à moi-même parce que je n’ai pris que ce que je voulais entendre, ça va, j’ai saisi l’idée. Je vais le faire, hein. Mais il faudra pas s’attendre à trop d’enthousiasme de ma part. » Il y a un moment de silence un peu gênant où Hawthorn cherche quoi dire. Il n’est pas vraiment un grand colérique, bien au contraire, mais cette fois c’était trop pour sa fierté. Un peu gêné par le regard agacé de Reha, il finit par se passer la main dans les cheveux et par déclarer : « Désolé d’avoir débarqué comme ça. C’est juste…je suis manifestement coincé dans un groupe où je n’avais manifestement rien à faire. Et Reed est un petit con. Je ne peux pas te dire que je vive les meilleurs moments de mon existence. » Ce qui est déjà un discours plus honnête. Après une hésitation, il finit par désigner la bouteille qu’elle a ouverte : « Je peux te pendre un verre ? »
(C) CANTARELLA.

_________________
SO LONG & LOST

By COM
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
Reha Shafiq
Reha Shafiq
▌ Messages : 323
Humeur :
Imploding the mirage + Reha Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Imploding the mirage + Reha Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 32cm bois de rose avec un ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mindy Kayling

Imploding the mirage + Reha Empty
Message#Sujet: Re: Imploding the mirage + Reha   Imploding the mirage + Reha Icon_minitimeDim 23 Mai - 21:22

❝Hawthorn & Reha ❞Imploding the mirageLes amis de Reha dirait d’elle qu’elle n’a pas un caractère facile et celle-ci serait bien en mal de protester. Pour nuancer, elle dirait plutôt qu’elle sait ce qu’elle veut et surtout ce qu’elle ne veut pas. Or, ce qu’elle ne veut pas, après une longue journée à l’hôpital, c’est qu’on lui serve une litanie de reproches injustifiés. Des décisions de Hawthorn, Reha refuse d’en porter la responsabilité. A trente-trois ans, son ami est un adulte - techniquement responsable - qui ne peut s’en prendre qu’à lui-même lorsqu’il prend une décision qui ne lui plaît pas. Il était illusoire de penser que les mangemorts n’étaient qu’une association de gens de bonne famille s’entraidant les uns les autres. La connaissant, Thorn aurait dû savoir qu’elle ne se serait jamais lancé la dedans.

- Je suis chez moi, Thorn ! Je te donne des ordres si je veux. Libre à toi de les suivre ou non, mais je te conseille vivement de ne pas me contrarier plus que tu n’es en train de le faire. Ma patience est limitée.


Un autre serait d’ailleurs déjà à la porte depuis longtemps, un sort au cul en guise d'au revoir. C’est uniquement la longue amitié qui lie Reha au fils de Jeremy Avery et l’affection qu’elle lui porte qui incite la jeune femme à attendre qu’il se calme.

- Je m’attendais à ce que tu sois reconnaissant pour l’opportunité qu’on t’offre. Tu penses vraiment que tout le monde peut avoir cet honneur ?

Il y a de la hauteur dans son ton. Il faut dire qu’elle apprécie peu que l’ingénieur ne prenne pas la mesure de la chance qu’il a. Du reste, les accusations sur une éventuelle manipulation de sa part ne sont pas reçues avec beaucoup de grâce. On peut reprocher à Reha beaucoup de choses, mais certainement pas un manque de franchise. D’aucun diront qu’elle est même trop franche. Du point de vue de la médicomage, si l’on se vexe de ses propos, c’est souvent parce qu’on ne parvient pas à regarder la vérité en face et c’est ce qui semble arriver à Thorn. De la discussion de l’ancien batteur des Gryffondor et de leur cousin, elle ne sait pas grand-chose. Elle-même a pensé que Reed lui avait dit tout ce qu’il y avait à savoir, mais s’il n’était pas satisfait, il n’aurait eu qu’à poser plus de questions pour avoir toutes les informations dont il avait besoin pour prendre sa décision. Quoiqu’il en dise, la faute lui revient.

- Je maintiens que c’est ta faute. Je n’ai aucune idée de ce que Reed t’a dis et honnêtement, je ne suis pas ta mère donc je ne vois pas pourquoi je m’en serais préoccupée à l’époque, mais si tu estimais que les informations que tu avais reçues n’étaient pas suffisantes, tu aurais dû t’informer plus et auprès d’autres personnes. C’est facile de tout reprocher à Reed après coup. C’est un petit con, on le sait tous les deux et justement parce que tu le sais, tu n’as pas d’excuses.

Les regards noirs que son compagnon lui jette ne l'atteignent pas. Il en faut plus que ça pour destabiliser la jeune femme. Elle a l’habitude de fréquenter des personnages bien plus intimidants que Thorn et elle a toujours eu la peau dure. Pourtant, elle est presque contente de le voir s'énerver. Peut-être que ça va enfin le forcer à sortir de l’espèce de confort dans lequel il se complait depuis des années. Certes, il a tout perdu et de façon particulièrement injuste, mais a un moment, il faut pouvoir arrêter de geindre et faire ce qu’il faut pour remonter la pente.

- Oh, mais à terme, le Ministère sera à nous Thorn. Il commence doucement à l’être. Petit à petit, on place nos pions. C’est une question de temps. Par contre, cesse de parler de nous comme si on était de grands criminels. Les meurtres ne sont faits que lorsqu’ils sont nécessaires. Parfois, il n’y a pas d’autres solutions. Quoique tu penses, nos opposants n’en font pas moins et quand ils mettent à genoux des familles en les privant de ce qui leur revient, dans le fond, c’est comme s’ils les tuaient. Ce n’est pas parce que l’acte n’est pas directement commis de leurs propres mains qu’elles ne sont pas rouges pour autant. On a simplement la franchise de faire le sale travail nous-mêmes. Quant à la prison, elle sera bientôt contrôlée par les nôtres. Tu t’inquiètes beaucoup trop. Vois plutôt les choses d’un autre angle, quand on aura gagné et crois-moi, on gagnera, tu seras du bon côté de la barrière.

Du point de vue de Reha, ils ont le courage d’assumer leurs opinions et d’aller jusqu’au bout de leurs idées. N’y-a-t-il pas plus méprisable que ces beaux parleurs, éternels piliers de comptoir, refaisant le monde chaque soir sans jamais oser mettre leur révolution en marche ? Son verre à la main, elle laisse le temps au nouveau mangemort de se calmer. Evidemment, il finit bien par redescendre d’un ton et la jeune femme ouvre son armoire et en sort un second verre. Elle sert une généreuse rasade d’alcool avant de pousser celui-ci vers lui tandis qu’elle continue de boire le sien.

- Tiens, t’en as besoin de toute évidence.

Ils boivent un moment en silence et finalement Reha commente d’un ton un peu plus calme :

- On est pas tous là pour la même chose. Vu notre nombre, ça serait illusoire de le croire. Par contre, on sert tous le Lord selon nos capacités. Rien ne dit que tu vas te retrouver en première ligne. Dans mon cas, j’ai toujours été excellente en duel, ça tombe sous le sens que je fasse partie des combattants.

Si elle avait pu, la jeune femme aurait probablement fait une très bonne baguette d’élite. Quelque chose que son père n’aurait jamais permis. A la place, elle est devenue médicomage ce qui fait d’elle un élément de choix sur le terrain puisqu’elle non seulement capable de combattre, également des sorciers comme Gwendall, mais aussi de soigner ses coéquipiers. Somme toute, un atout dans n’importe quelle situation.

- Si tu réfléchis correctement, tu finiras par trouver ton avantage. Il est temps d’arrêter de te concentrer sur le passé et de faire quelque chose pour améliorer ta situation. Ce n’est pas en restant gentiment à la place que Setor Hammond t’a donné que quoique ce soit changera. Je crois que tu l’as compris maintenant.


:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
Hawthorn Avery
Hawthorn Avery
▌ Messages : 149
Humeur :
Imploding the mirage + Reha Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Imploding the mirage + Reha Right_bar_bleue

En couple avec : -
Nouveau nom (voyageurs temporels) : -

QUI SUIS-JE?
Baguette: A définir
Camp: Mal
Avatar: Tom Hardy

Imploding the mirage + Reha Empty
Message#Sujet: Re: Imploding the mirage + Reha   Imploding the mirage + Reha Icon_minitimeMer 2 Juin - 23:03



Imploding the mirage
Reha & Hawthorn
Il y a des limites qu’il vaut mieux ne pas franchir. Convaincu par une expérience et des souvenirs anciens, la plupart basés sur des images de règlements de compte et de bras littéralement cassés par Reha, Thorn n’irait, d’ordinaire, pas trop chercher la jeune femme sur son terrain de prédilection, qu’est le conflit. D’abord parce que si on raisonne en termes de traits Gryffondor, il est plus endurant et tenace que vindicatif et conflictuel. Avery n’est que rarement celui qui initie les conflits, ayant pour habitude de faire le dos rond et pas forcément le luxe de protester. Ensuite donc parce qu’il sait qu’il n’aurait pas forcément le dessus. Mais voilà, il est fier, en bon sang pur et en bon rouge et or. Alors, parfois, il explose, quand c’est la manipulation ou l’humiliation de trop, quitte à regretter ensuite, ou à retomber rapidement comme un soufflé. C’est le cas ici, et l’ingénieur est assez lucide pour prendre au sérieux l’avertissement de la jeune femme. D’accusateur et impératif, son ton se fait amer.  « L’honneur de quoi ? Voir sa mère menacée ? Tu m’excuses mais je m’en passe, des distinctions comme celles-là. » Lance-t-il donc sans se démonter pour autant.

C’est qu’il n’apprécie guère qu’on lui fasse comprendre qu’il a été l’idiot du village et qu’il a été aveugle. C’est une chose de savoir qu’on l’a été et qu’on s’est fait avoir et une autre que de l’admettre. Une autre encore de se le faire dire de façon cinglante par une amie, qui est la même personne, qui de votre point de vue, à contribuer à vous manipuler. Le visage de l’ancien joueur de Quidditch se tord dans une expression rageuse lorsque la médicomage lui répond avec hauteur qu’il fallait se poser des questions et qu’il ne peut s’en prendre, encore une fois, qu’à lui-même. « Tu ne vois vraiment pas le problème, hein ? Je ne crois pas que tu apprécierais, si c’était l’inverse, pourtant. » Non, probablement pas, connaissant Reha, qui a toujours eu autant de fierté que Hawthorn, voire plus. Il est éminemment plus facile de se révolter et de se payer le luxe d’avoir de l’estime de soi et de savoir ce qu’on veut et ce qu’on ne veut pas quand personne ne va vous le contester parce que vous êtes riches et en situation d’imposer votre volonté aux autres. Lui ne peut pas se le permettre : mais ce n’est pas pour ça qu’il apprécie qu’on l’ait pris pour un idiot, et qu’en plus, on se foute de sa gueule pour oser s’en indigner. Autant dire que même s’il voit bien que Reha est moins responsable de son malheur que son cousin, Thorn reste sacrément remonté.

Ce qu’il est aussi, c’est scié face à son indifférence et au relativisme dont elle fait preuve. Incrédule, il secoue la tête, avant de lancer d’une voix blanche : « Bien sûr que non, ce n’est pas équivalent. Comment est-ce que tu peux accepter ça sans voir la différence ? » C’est quand même un comble que ce soit lui, Hawthorn Avery, qui n’est pourtant pas un monstre de pragmatisme, qui ait les pieds sur terre : car le discours de Reha lui parait bien complètement hors sol. « Je peux lui reprocher ce que je veux, Setor Hammond n’a pas tué mon père. Ce n’est pas la même chose... » Pourtant, en le disant, Thorn se met à son tour à douter. L’associé de son père ne l’a certainement poignardé dans le dos qu’en affaire, mais il a été la cause de sa ruine, puis de sa déchéance, et finalement, c’est bien de chagrin qu’il est mort : à cause de tout cela, et donc, de Setor Hammond. N’est-ce pas d’ailleurs de cela qu’il veut se venger ? Et c’est donc avec un peu moins de conviction qu’il finit par dire, changeant légèrement de sujet : « Je suis à peu près sûr que Grindelwald disait ça aussi, et regarde comment il a fini. » Il y a ça, aussi. Le discours de Reha est assuré, presque prétentieux, comme si elle était sûre qu’ils ne pouvaient pas échouer ; un genre de mission mystique. Ça a un côté un peu sectaire, que, maintenant qu’il y réfléchit, Thorn avait déjà perçu chez Reed. A moins que ce ne soit que le côté élitiste des sang purs qui s’exprime et qu’il trouve parfois étrange : parmi ses pairs, c’est celui auquel il peine le plus à s’identifier, parce qu’il n’a jamais eu l’impression que ça pourrait le concerner.

Un peu calmé, parce que c’est épuisant de gueuler, Hawthorn s’empare avec reconnaissance du verre que lui tend Reha, après s’être excusé en plus ou moins bonne forme. « Comme tu dis. Merci. » Grogne-t-il avant d’en boire une gorgée. Il est un peu tôt pour boire, mais tant pis. Distraitement, il écoute le discours de son amie, et finit par se fendre d’un sourire las lorsqu’elle lui dit qu’il finira par y trouver son compte. Baissant les yeux vers elle avec un brin d’amusement, il lui donne un coup de coude amical, comme pour marquer qu’il n’est plus vraiment en colère et essayer de voir s’il peut la dérider un peu : « Tu le dis pour essayer de me remonter le moral, ou tu le penses vraiment ? » Pure charité, voire pitié, ou réalisme ? Thorn ne sait plus trop, mais, à la manière dont il a douté de ce que disait Reha tout à l’heure, ce qu’elle lui dit le rend curieux : comment pourrait-il vraiment y trouver son compte ? Il a bien quelques idées, parce que la peur de Jedusor et le côté désespéré de la situation l’ont poussé à agir, déjà, mais il ne sait pas quoi faire de plus.  « Me laisser faire, non, mais je crois pas qu’Il soit vraiment décidé à m’aider, juste à me laisser en vie si je fais ce que je lui dis. » Et c’est déjà beaucoup vu le passif qu’il a avec Jedusor. « Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? Ça lui ferait pas de mal d’apprendre où est sa place, mais je ne vais pas me mettre à le menacer, j’aurais l’air ridicule. » Et il perdrait son job. « Sa fille en revanche…j’ai deux ou trois idées sur son compte, on verra si ça marchera. Mais je sais pas non plus en quoi ça intéresserait les mangemorts. »  

(C) CANTARELLA.

_________________
SO LONG & LOST

By COM
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
Reha Shafiq
Reha Shafiq
▌ Messages : 323
Humeur :
Imploding the mirage + Reha Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Imploding the mirage + Reha Right_bar_bleue

En couple avec : Personne
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 32cm bois de rose avec un ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mindy Kayling

Imploding the mirage + Reha Empty
Message#Sujet: Re: Imploding the mirage + Reha   Imploding the mirage + Reha Icon_minitimeDim 6 Juin - 16:49

❝Hawthorn & Reha ❞Imploding the mirageEn arrivant en furie chez son amie, Thorn commet une erreur d’appréciation plutôt grossière. On a rarement tiré quelque chose de bon en agressant Reha et peu s’y risque. Son ami la connaît bien, aussi doit-il vraiment être en colère pour se permettre un tel éclat sans tenir compte de la plus élémentaire des précautions : ne pas l’énerver pour rien. Or, pour la médicomage, les récriminations de son ancien coéquipier n’ont rien de légitime. On ne prend pas la marque sans savoir exactement ce que ça implique. Si Thorn a rejoint les mangemorts en se contentant du peu d’informations qu’il avait, la faute lui revient et solidarité de Gryffondor ou non il est hors de question qu’elle prenne le blâme pour lui. A trente-trois ans, la jeune femme estime que son ami est un adulte et qu’il n’a plus l’âge de se tourner vers les autres pour tenter de se décharger du poids de ses responsabilités. Oui, sa mère a été menacée, tout comme l’aurait été ses propres parents s’il lui avait pris la fantaisie de refuser un des ordres du Lord. Nul doute qu’il serait confortable pour l’ingénieur de se dire que ce n’est pas sa faute, mais la vérité est autre et c’est ce qui le rend furieux. Avec une assurance qui doit sembler insupportable à son ami, elle répond :

- Ça ne m’arrivera jamais, Thorn. Pour la simple et bonne raison que je savais exactement dans quoi je m’engageais et que je ne serais jamais assez bête pour refuser un ordre du Lord.

Parce que Hawthorn ne connaît pas la valeur du Lord, il s’étonne probablement de voir une femme aussi orgueilleuse que Reha courber l’échine devant ce qui doit ressembler à un jeune blanc-bec. Pourtant, du point de vue de la médicomage, il n’y a aucune honte à reconnaître plus brillant que soit et suivre sa vision. Quoique, à la base, Reha n’ait jamais rien eu contre les personnes nées-moldues - en témoigne le bon nombre de ses amis sang-mêlé à Poudlard - le peu qu’elle a vu de leur monde l’a effrayée et quoiqu’on en dise, on ne se défait pas de son héritage aussi facilement. Loin d’être aussi radicale que certains des autres mangemorts, elle estime pourtant que le pouvoir doit être entre les mains de ceux qui ont toujours été sorciers et sont le mieux à même de comprendre ce dont leur monde a besoin pour survivre.

Que Hawthorn, avec son histoire, peine à comprendre où se situe son intérêt ne manque pas de surprendre Reha. Lui, plus que n’importe quel autre sang pur, a souffert de la situation. Sa ruine ne découle-t-elle pas directement de l'associé de son père qui a profité de la faiblesse momentanée de sa famille pour les achever quand ils étaient déjà à terre ? Les protestations de son ami tirent un ricanement incrédule à l’ancienne batteuse. D’un geste de main, elle balaie ses doutes et assènent d’une voix ferme :

-Tu refuses de voir la vérité en face, Hawthorn. Tu peux retourner la situation dans le sens que tu veux, au fond de toi, tu sais que j’ai raison. C’est simplement que la vérité est trop difficile à admettre. Quand tu as eu ton accident et que Jeremy a commencé à avoir des problèmes financiers, il a racheté ses parts à bas prix. Puis quand ton père est décédé, si Hammond avait été honnête, il aurait maintenu tes fiançailles, soutenant ta mère comme n’importe quel sang pur l’aurait fait. Pourquoi ? Parce qu’on est solidaire entre nous parce que c’est comme ça que les choses se font et que de toute façon avec vos familles unies, peu importe à qui allait l’entreprise, c’était un win-win pour vous deux. Mais non, à la place, il a rompu les fiançailles, changé le nom de l’entreprise puis s’est assuré que tu n’avais plus de part dedans. Ce qu’il a fait, c’est peut-être pire que de tuer ton père de ses propres mains, il vous a mis à genoux et pire, tu vis maintenant de sa charité en travaillant pour lui alors que la place à ses côtés te revenait de droit. Ose me dire que j’ai tort Thorn. Trouve-moi des arguments …

Reha sait qu’il n’en trouvera pas, comment pourrait-il ? Quoiqu’elle ne soit pas fine psychologue, elle sait que le doute s’est infiltré en lui. Elle ne dit rien qui est faux, elle se contente de lui montrer ce qu’il refuse de voir depuis des années et même si le doute est léger, la médicomage sait qu’il fera son chemin. Il suffit d’attendre. Aussi, elle n’insiste pas, préférant le temps faire son œuvre et haussant les épaules avec désinvolture lorsqu’il se met à évoquer Grindelwald. Elle n’est pas femme à se tourner vers le passé.

Le calme finit par revenir, doucement, mais sûrement. Gracieusement, l’ancienne Gryffondor décide que l’alcool est la meilleure façon de se réconcilier et de laisser tomber la tension. Elle et Thorn sont amis depuis longtemps, pas besoin de se fâcher si on peut l’éviter. Il a beau être têtu, comme tout ceux de leur maison, la jeune femme est certaine qu’il verra qu’il a fait le bon choix avec le temps. Maintenant qu’une partie de la frustration est évacuée, elle se fait plus douce - pour autant que ça veuille dire quelque chose avec elle.

- Tu n’as plus l’âge que je te remonte le moral comme si tu étais un enfant et puis tu es plus âgé que moi. C’est toi qui devrait faire ça, non ?


Elle se ressert un verre et fait de même avec Hawthorn.

- Sa fille ? Pourquoi pas. Tant que tu ne lui fais pas des enfants, ajoute-t-elle en riant. Tous les moyens sont bons dans le fond. Hammond ne nous intéresse pas, mais c’est une question de solidarité. Les contacts que tu te feras au fil du temps t’aideront .

Elle pose une main sur sa joue et l’embrasse.

- Crois-moi, tu as pris la bonne décision. La seule qui peut t’aider en réalité.

:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
Hawthorn Avery
Hawthorn Avery
▌ Messages : 149
Humeur :
Imploding the mirage + Reha Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Imploding the mirage + Reha Right_bar_bleue

En couple avec : -
Nouveau nom (voyageurs temporels) : -

QUI SUIS-JE?
Baguette: A définir
Camp: Mal
Avatar: Tom Hardy

Imploding the mirage + Reha Empty
Message#Sujet: Re: Imploding the mirage + Reha   Imploding the mirage + Reha Icon_minitimeLun 14 Juin - 0:41



Imploding the mirage
Reha & Hawthorn
Thorn manque de se remettre à hurler quand Reha balaie l’idée qu’elle pourrait ne pas apprécier si elle était à sa place : pour lui, elle a très bien compris ce qu’il veut dire et elle fait simplement semblant de répondre à côté parce qu’elle a décidé de ne retenir que ce qui l’arrange. D’ordinaire, il est plutôt admiratif de cette assurance certaine, comportement que seuls ceux qui sont sûr que le monde leur appartient, ce qu’il n’est pas, peuvent se permettre, mais ici, il est surtout formidablement vexé d’avoir été le dindon de la farce et l’idée qu’on se soit moqué de lui le vexe abominablement. Pour autant, maintenant que le dialogue est amorcé et sachant que c’est lui qui est venu, il ne va pas hurler ou partir en claquant la porte. Reha lui dirait, à raison, que c’est un peu facile de débarquer en gueulant chez les gens et de tourner les talons quand on a plus rien à répondre, juste parce qu’on est tellement en colère qu’on n’a plus rien à dire. Or, Thorn a des choses à dire. Il en a même un paquet, tant les rancœurs et coups bas se sont accumulés. Et puis, il ne veut pas lui laisser croire qu’elle aura le dernier mot, ou en tout cas pas si facilement, et pas sans l’avoir écouté, contente ou non. Si on parle de vérité déplaisantes à entendre, après tout, il n’y a pas de raison qu’il soit servir à sa juste mesure. même si admettre que ce que dit la jeune femme est vrai, c’est déjà un peu abdiquer et se rendre, du moins considérer l’option. Avec un claquement de langue que ne renierait pas sa mère, exemple beaucoup probant des ravages de l’éducation sang pure, Avery réplique donc vertement : « Ne fais pas semblant de ne pas comprendre et ne te fais pas plus bête que tu es, rends moi service, j’ai peut-être au moins mérité ça. Je ne te parle pas de ça, mais du fait que si je t’avais entrainé dans un plan que tu estimes foireux, tu m’aurais déjà fait une tête au carré et que tu trouverais ma réaction faiblarde. J’ai tort, peut-être ? »

Mais ses arguments glissent comme de l’eau sur Reha, comme s’il ne parvenait pas à l’atteindre ou à la raisonner. L’ancien joueur de Quidditch en fait le constat avec un effarement nouveau : ainsi ce n’est définitivement pas que Jedusor. Comment est-ce que ce type peut avoir une telle emprise sur eux, sur des amis qu’il connait de longue date ? Reed est encore jeune, et majoritairement idiot. Avec un peu d’imagination, l’ingénieur voit ce que son cousin trouve à Voldemort : l’exaltation, la rébellion, tous ces trucs de jeunes adultes contestataires biberonnés à l’idéologie hystérique qui traverse les milieux traditionnalistes sang pure et sur laquelle il n’a jamais eu le temps, le loisir, ou le luxe, de se pencher. Mais Reha ? Elle a du caractère, elle devrait voir que tout ça n’est qu’un mirage sanglant et que ce qu’ils font est horrible. Ou est-ce que c’est lui qui s’égare ?

Les questions s’enchainent sans qu’il ne trouve de réponse alors qu’elle lui explique par le menu comment Setor Hammond s’est foutu de lui et pourquoi ça ne serait pas arrivé si lui et son père avaient fait confiance aux leurs seulement. Pourtant, si elle lui demande son avis, il a bien encore quelques objections : « Ouais. C’est bien connu, la solidarité sang pure. Je la vis tous les jours, c’est marrant. » Il serait presque tenté d’ajouter qu’il ne savait pas qu’il fallait faire partie du fan club d’un meurtrier pour en bénéficier, mais Avery est déjà suffisamment amer et en train de se débattre avec lui-même comme ça, et puis au fond, il sait que Reha n’a pas tort : c’est précisément parce qu’il s’est associé avec un sang mêlé, qui s’est avéré un faux frère et un faux ami, que leur famille leur a tourné le dos. Et si Thorn essaie encore de contester l’argumentation implacable de son amie, c’est à présent plutôt pour la forme. « Setor Hammond est un sale connard parce que c’est un sale connard et ça n’a rien à voir avec son statut du sang. » Il secoue la tête, sourcils froncés, comme s’il cherchait quelque chose à dire. « Ils ne peuvent pas être tous comme ça. Ils ne sont pas tous comme ça. » Et puis il soupire et se passe les mains sur le visage pour se frotter les paupières. « J’en sais rien, en fait. Je dois avouer que je ne sais plus trop. »

Non, il n’en sait rien. Tout ce qu’il veut lui, c’est protéger sa mère et essayer de se sortir de là. Alors, forcément, il déprime et il doute, et fatalement les mots de Reha lui donnent de nouveau une envie de contestation et d’ironie farouche. « Quelle merveilleuse amie tu fais là, dis-moi, je te remercie de ton soutien. Et depuis quand tu as besoin qu’on te remonte le moral, toi ? » Mais l’ambiance s’est considérablement détendue et ce n’est qu’une plaisanterie comme ils en ont l’habitude, du moins pour Thorn, qui n’imagine pas vraiment que Reha pourrait avoir besoin qu’on lui remonte vraiment le moral - où si c’est le cas, elle le masque bien. Il faut dire qu’il comprend parfaitement bien où Reha veut en venir, et l’idée, finalement, n’est pas pour lui déplaire : elle est même, à sa manière, précisément réconfortante.

Il a presque envie de la croire, au final. De se dire qu’il suffit qu’il fasse les bons choix pour rééquilibrer ceux de son père, mauvais, qui l’ont précipité dans les griffes de ce sale con. « Non, ce n’est pas prévu, ça. »  Réussit-il enfin à s’amuser alors qu’elle commente l’état de sa relation avec Robin. Il trinque de nouveau avec elle, et se laisse faire sans résister lorsqu’elle l’embrasse. « Peut-être… » Répond ensuite l’ingénieur un peu évasivement lorsqu’elle lui dit qu’il a fait le bon choix et que ses contacts l’aideront. Il n’est pas convaincu, toujours pas, il est même terrifié, mais après tout, il a toujours fait contre mauvaise fortune bon cœur. Il y a peut-être moyen de s’en sortir. En attendant, il n’a plus tellement envie d’en parler, et il préfère donc rendre son baiser à Reha avec un demi sourire :  « Tu n’étais pas censée être fatiguée et dérangée par ma présence, au fait ? Il faut que tu m’expliques ce que je dois faire pour te remonter le moral, aussi. » Pour le reste, on verra bien. De toute façon, il n’a pas le choix : autant espérer que c’est effectivement le bon.

(C) CANTARELLA.

_________________
SO LONG & LOST

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Imploding the mirage + Reha Empty
Message#Sujet: Re: Imploding the mirage + Reha   Imploding the mirage + Reha Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Imploding the mirage + Reha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rp de Reha
» A case of emergency + Reha
» What we do in the shadows - Reha
» Again, and Again... and Again || Reha Shafiq
» Too much to think, too much to talk + Reha
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement de Reha Shafiq (Londres)
-