AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Amitié perdue dans les méandres du temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 6384
Humeur :
75 / 10075 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

Message#Sujet: Amitié perdue dans les méandres du temps   Dim 11 Sep - 14:22


Jo venait de transplaner avec son père sur le quai de la voie 9 3/4 de la gare de King's Cross, c'était une voie spéciale pour les sorciers, mais la jeune sorcière savait que les moldus se trouvaient juste derrière le mur, mais ça lui était complétement égale, tant mieux pour eux, si elle pouvait vivre dans leur monde. Devant elle, se dresser le Poudlard Express, un grand train de couleur rouge qui crachait de la fumée, Jo l'aimait beaucoup, mais pas l'école. C'était d'ailleurs la dernière fois qu'elle montait dedans pour faire une rentrée scolaire, la prochaine fois, se serait peut-être pour les vacances de Noël, et encore peut-être qu'elle profiterait pour rester sur place et réviser pour ses Aspics, elle avait eu de trés bons résultats et elle ne voulait pas rater ses examens. Et puis cela dépendrait aussi de son père, si il avait beaucoup de travail ou pas.

La jeune fille salua son père, et lui souhaita à lui aussi une bonne année, ils ne se reverraient pas avant plusieurs semaines, voire des mois. Elle lui avait assurer que tout irait bien pour elle, il y a deux ans, il était passé à Poudlard pour être sûr que tout allait bien pour elle. Et depuis la mort de sa femme, la mère de Jo, il était d'autant plus attentive à Jo. Pas toujours dans le bon sens, puisqu'il n'était pas d'accord sur son projet de quitter l’Angleterre pour rejoindre l'école de traduction en Allemagne. Il parlait aussi de mariage, ce qui contrarié Jo, elle lui rappelait le cas "Arthur", et il se calmait, mais elle doutait que son idée ne s'en aille pas si loin que ça, et qu'il profite de sa dernière année pour la fiancé à Dieu sait qui.  De toute façon, elle prendrait ses bagages et partirait quand même, il n'allait tout de même pas la kidnapper depuis l'Allemagne.

Jo entrevit une tête qu'elle connaissait bien celle de Caleb, elle se demandait ce que le jeune homme faisait ici, après son entrevue avec Daniel, il était lui aussi bien la dernière personne qu'elle voulait voir. Elle soupira et se tourna vers son père pour le saluer une dernière fois, et prit ses bagages pour rejoindre le Poudlard Express, en espérant ne pas croiser Caleb, dans la foule se serait plus facile de faire comme si elle ne l'avait pas vu. Elle entendit un "plop" de transplange, son père venait de partir, elle se sentit un peu triste, mais elle continua son chemin, et en fendant la foule, évitant un autre bagage, une personne pressé, un piéton rêveur, elle bouscula un autre individu.

"Pardon, je suis désolée" commença Jo, en réalisant qu'elle venait de bousculer la personne qu'elle voulait justement éviter dans la foule. La petite Benett se trouvait face à Caleb.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 673
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Mer 21 Sep - 15:44

C'est un sentiment étrange pour moi que de me retrouver ici. Voir ainsi le Poudlard-Express, illuminé par le soleil mais enveloppé, comme d'habitude, de cette vapeur fantomatique qui lui est caractéristique, ça me rappelle ma première rentrée scolaire. C'était il y a si longtemps, maintenant. J'ai l'impression qu'une éternité me sépare de ma première année d'école à Poudlard. En même temps, j'ai aussi le sentiment qu'une éternité me sépare de ma dernière année d'études. Cela fait seulement deux ans, mais ça pourrait être bien davantage, je n'en serais pas forcément surpris en vérité. Tant de choses se sont passées, depuis. Et pas forcément agréables. Quand je vois ce train, je me sens nostalgique. J'aimerais monter dans ce train, retrouver mon insouciance d'il y a quelques années, quand mes plus grandes préoccupations étaient de savoir quel allait être mon emploi du temps et s'il y aurait de nouveaux professeurs, quand mon seul souci était de rapporter de bonnes notes à mes parents pour qu'ils soient fiers de moi. Une nouvelle hiérarchie s'est imposée, à présent, une nouvelle façon de faire. Je n'obéis plus aux mêmes règles, je n'ai plus les mêmes objectifs, je n'ai plus les mêmes obligations non plus. Tout est devenu plus sombre, plus difficile, plus douloureux. C'est empreint de cet nostalgie que j'ai laissé Lena dans son wagon. Ça me fait un pincement au cœur de la laisser à ses obligations de bibliothécaire et de savoir que nous nous verrons bien moins souvent (même si ce ne sera sans doute pas plus mal au vu des révélations qui m'attendent, et dont je vais avoir peine à me remettre, mais je ne m'en rend pas compte).

Engoncé dans ma veste, les mains dans les poches de cette dernière, je m'apprête à quitter les lieux quand, tout en fendant la foule, j'aperçois une silhouette familière. Jo. J'hésite. Nous avions juré de garder contact, et pourtant, je n'ai fait pour ma part aucun effort. Parce que je ne le voulais pas ? Non, j'ai pensé à prendre la plume plus d'une fois pour lui parler, mais ce n'était pas si simple. Ce n'est pas que je ne voulais pas. C'est que je ne peux pas. Pas pour elle. Pour moi. Après ce qu'il m'a obligé à faire à mon épouse, après avoir pris conscience du mal que je pouvais faire à mon entourage, j'ai bien compris que je devais le réduire aux seuls membres des mangemorts, mais si ça ne les immunise pas, bien au contraire. Jo est quelqu'un de bien, elle mérite une vie simple et heureuse, ce n'est pas en me fréquentant ou en fréquentant qui que ce soit parmi nous qu'elle y parviendra. Le plus simple aurait été de tourner les talons et de m'en aller en faisant comme si je ne l'avais pas vu (surtout que je crois qu'elle ne m'a pas aperçu de son côté), mais j'ai envie de saisir cette occasion, quitte à ce qu'elle soit la seule, de savoir comment elle va, en espérant que tout va bien. Semblant ne toujours pas me voir, elle me bouscule. J'accroche un sourire à mes lèvres quand elle m'adresse finalement la parole.

-Ne t'excuse pas
, je réponds simplement. Je suis content de te revoir, Jo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 6384
Humeur :
75 / 10075 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Dim 2 Oct - 17:55


Caleb lui dit que ce n'était pas la peine qu'elle s'excuse d'un autre côté, si elle avait su que c'était lui qu'elle venait de bousculer, elle n'aurait pas fait. Il lui dit aussi qu'il était content de la revoir, et bien tant mieux, ce n'était pas le cas de la jeune femme. Si il n'y avait rien eu dans la vie de Jo pour qu'elle ait besoin d'aide, elle ne lui en aurait peut-être pas voulu autant. Sauf qu'elle avait vu sa mère mourir, elle avait eu les pires insultes qu'on pouvait imaginer, elle avait été humilié et maltraités par ses camarades. Et elle n'avait pas reçu une seule lettre de son amie, alors qu'elle lui en avait envoyé. Elle avait attendu la réponse pendant des semaines, regardant les hiboux avec impatience chaque matin, mais en vain. Et Jo avait cessé d'attendre, une réponse ne viendrait jamais, mais le pire c'est qu'elle ne savait pas pourquoi. Qu'avait-elle bien pu faire de grave au point de ne pas avoir de réponse, malgré leurs promesses de s'écrire. La jeune serpentard avait même cru qu'il lui était arrivé quelques choses, mais rien n'était arrivé au jeune homme, elle avait demanda à Elena.

Elle leva le regard vers Caleb, et hésité sur la démarche à suivre, devait-elle l'ignorer et suivre son chemin, ou bien lui dire ce qu'elle pensait de son attitude, ou ne rien faire et juste le saluer comme une vague connaissance qu'on est obligé de côtoyer alors qu'on ne l'aime pas du tout.

"Bof" fit-elle en haussant les épaules sans lui prêter plus d'attention que ça. Elle se mordit la lèvre, sans savoir ce qu'elle devait dire. Jo regarda le Poudlard Express, puis l'horloge de la gare, dans l'espoir qu'elle affiche l'heure du départ, cela lui donnerait une bonne excuse pour prendre congé sans paraître impolie, sauf qu'il y avait encore une bonne vingtaine de minutes avant le départ. Pourquoi était-elle venue aussitôt à la gare.
"Je suis pas... spécialement contente" fit-elle. Elle lui aurait bien demander qui il était, juste pour voir sa réaction, mais sa question sonnerait faux, car elle n'était pas capable de mentir aussi bien.

HJ: désolée d'avoir dit que c'était toi qui n'avait pas répondu, alors que tu l'as fait... Mais sinon ça ne pouvait pas marcher! Ou alors tu peux dire que la lettre de Jo s'est perdue, genre le hibou s'est fait attaqué... lol^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 673
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Lun 10 Oct - 13:25

"Bof"... Ah oui, tout de même. Comment jeter un froid en quelques secondes. Je devais bien reconnaître que la réaction distante de Jo me faisait mal au coeur. Même si elle n'avait pas la moindre raison de le faire, j'aurais bien aimé que la jeune femme me réponde qu'elle était elle aussi vraiment contente de me revoir, que ça faisait longtemps, que ça lui faisait plaisir qu'on ait cette occasion, même si c'était lié à un pur hasard. Mais en même temps, je ne méritais pas forcément qu'elle dise cela. Déjà parce qu'après tous ces mois de silence, elle n'avait pas forcément de raisons de considérer que je puisse encore avoir vraiment de l'importance dans sa vie, ensuite parce que je préférais quand même qu'elle soit honnête avec moi, même si la vérité devait être difficile à entendre et me déplaire. Que puis-je dire de Jo aujourd'hui ? J'étais heureux de la revoir, oui, j'aurais aimé que notre amitié reste inchangée, mais la vie est ce qu'elle est, le passage à la vie adulte change toujours tout, et dans mon cas, il y a en plus une variable déplaisante qui radicalise la donne. Mieux valait que Jo m'ignore et ne veuille plus rien avoir à faire avec moi, en vérité. Parce que plus loin de moi (et des gens comme moi) se tenait-elle, mieux elle se porterait sans doute. Au moins, je ne la mettrais pas en danger. Au fond, ce serait même moi qui devrait l'ignorer, finalement, juste pour rester cohérent avec moi-même. Mais je ne pouvais pas la voir et prétendre que ça m'était égal. Je ne mentais pas en disant être heureux de la revoir. J'aurais voulu que la réciproque soit vraie, mais je comprenais bien que la rancoeur et l'indifférence s'étaient faites une bonne place chez elle, à mon encontre en tout cas, et c'était totalement justifié. C'était déplaisant à concevoir, mais au moins l'objectif était sans doute atteint. Loin de moi, elle serait sauve.

-Je t'écoute
, me contentais-je de répondre quand elle affirma ensuite ne pas être contente.

Même si cette réplique aussi faisait mal au coeur, je préférais quand même cela au fait qu'elle s'arrête à un simple "bof". Je ne fis pas mine de ne pas comprendre que ma présence participait à sa mauvaise humeur. J'avais comme le pressentiment que Jo avait envie de m'imposer tous ses griefs. Je passerais pour un salaud. Que j'étais sans doute. Mais si ça pouvait lui faire du bien, alors je ferais avec. Je préférais l'idée qu'elle s'exprime une bonne fois pour toutes plutôt que de prétendre que nous avons toujours été des inconnus évoluant très vaguement dans le même sillage, tous les deux. C'est pour cette raison que je ne fis pas semblant de ne pas comprendre, que je lui épargnais l'évitable "Qu'est-ce qui t'arrive ?" pour plutôt offrir à Jo d'en venir directement aux faits. Qu'elle me traite de tous les noms et m'accable de reproches si ça devait la soulager. Ce ne serait pas agréable à entendre, je serais loin d'apprécier. Mais au moins, elle serait à l'abri. À l'abri de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 6384
Humeur :
75 / 10075 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Sam 12 Nov - 23:42


Je t'écoute, c'était tout ce qu'il trouvait à dire. Elle serra les dents, l'envie de lui dire ces quatre vérités lui tentaient bien, et peut-être que cela la soulagerait, mais qu'est-ce que cela changerait, sans doute rien. Il y a quelques semaines, elle avait aussi croiser Daniel dans les couloirs du Ministère, une occasion pour elle de lui dire au revoir, de tirer un trait sur cette amitié perdue, est-ce qu'elle devait faire de même avec Caleb. Sa relation avec le jeune homme était trés différente. Avec Daniel, c'était Jo qui avait mit de la distance entre eux, vis à vis d’Inès et des sentiments que la petite Benett éprouvait pour Dan. Elle ne pouvait pas alors lui en vouloir vraiment d'avoir continué d'entretenir cette distance, bien qu'elle aurait aimé recevoir une lettre de temps en temps, pour qu'il lui dise simplement qu'il allait bien, et lui demandait si tout allait bien pour elle.

Mais avec Caleb, c'est différent, ils s'étaient promis d'écrire, et elle avait fait, mais aucune réponse n'était venu, après des mois à surveiller le courrier, elle avait fini par abandonné, et après le nouvel an, elle avait pris la résolution de ne plus compter sur lui. Et qui sait même pour lui. Et maintenant, il venait lui dire qu'il était content de la revoir.

"Je n'étais pas partie bien loin tu sais" fit-elle sur un ton de reproche, pour lui dire qu'il aurait pu prendre cinq minutes pour passer la voir chez elle, juste frapper à la porte et prendre un café, ou même un verre d'eau au milieu du hall d'entrée. Ou même un courrier, elle n'avait pas déménager, et le courrier arrivait toujours chez elle, si il y en avait bien sur. Elle croisa les bras et regardait le train avec envie, comme si il pourrait décidé de la tirer de ce mauvais pas et partir plus tôt que les autres années. Elle ne savait pas du tout ce qu'elle pourrait lui, elle avait même envie de lui dire "adieu et à jamais", après tout c'était déjà ce qui se passait, et... dans un an, elle ne serait même plus là, donc... raison de plus pour ne pas chercher à changer les choses. Qu'ils se quittent sur un non-dit, ou un au revoir glacial ne change rien à leurs vies.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 673
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Jeu 1 Déc - 9:35

Elle n'était pas bien loin, m'affirme-t-elle. Le propos est des plus évasifs mais je pense qu'il n'est pas trop difficile de voir ce que ce dernier sous-entend exactement. Elle me reproche ma distance, car il est vrai que si nous avions fait plus d'efforts, nous aurions pu nous voir plus souvent. Ceci dit, je trouve quand même qu'il y a deux poids de mesure, certes, j'ai pris de la distance avec elle, comme avec à peu près tout le monde, pour me protéger et pour les protéger depuis que j'ai quitté Poudlard. La vie que je mène peut mettre mes proches en danger, je le sais, j'en ai vraiment conscience, alors j'ai fait mon choix. Mais je la trouve tout de même injuste. Que dire de ma réponse à son courrier, pour lequel je n'ai vraiment pas le moins du monde eu quelque retour que ce soit ? Elle a l'air de vouloir me vilipender sans la moindre forme de procès, et je ne me sens pas d'humeur à supporter une chose pareille, à plus forte raison que je ne pense vraiment pas le mériter, absolument pas.

- T'en es sûre ?
demandé-je en poussant un léger soupir. Je n'ai pas l'intention de m'emporter, elle a le droit de m'en vouloir. Mais j'apprécierais qu'elle reconnaisse que tout n'est jamais tout noir, ni tout blanc, les torts peuvent être partagés à un immense pourcentage, mais ils le sont toujours. Rien ne vient jamais de nulle part. Jamais. Parce que tu n'as pas spécialement cherché à me joindre non plus, si je ne m'abuse, affirmai-je, en référence au fameux curieux resté sans réponse. Je pousse un soupir. Maintenant, c'est moi qui me montre injuste et manichéen. Écoute... peut-être que tu n'es pas partie loin, mais moi oui. Tu n'as pas besoin d'un ami comme moi de toute façon.

Oui, je me la joue dramatique... mais si elle veut, je peux bien endosser tous les torts, si ça peut la soulager, c'est sans doute pas plus mal. Nous ne nous sommes pas parlés depuis une éternité, tous les deux, peut-être qu'il vaut mieux que ça reste ainsi. Jo a su se protéger du monde dans lequel je me trouve, qui fait partie intégrante de qui je suis aujourd'hui. Il vaut mieux que ça reste ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 6384
Humeur :
75 / 10075 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Lun 19 Déc - 23:01


Jo ne comprenait pas trés bien cette discussion, elle avait de son côté cherchait à le joindre. Certes c'était par lettre, puisque à Poudlard, il est assez dur de trouver du temps pour se rendre chez les gens, ou au Ministère pour voir Pierre, Paul et Jacques. Quand elle était rentré pour des vacances d'été, ou plutôt celles de Noël, n'ayant des nouvelles de personnes, elle n'avait pas vraiment chercher à les retrouver, c'est vrai. Peut-être que les torts étaient partagé, mais quand même il avait un part de responsabilités, et au lieu de s'excuser de ne pas lui avoir envoyer de lettres, voilà qu'il l'accusait, comme si tout était de sa faute.
"Peut-être qu'avant de dire que tout est de ma faute, tu pourrais aussi dire que c'est la tienne. Parce que celui qui a promis qu'on s'écrirait, c'est toi." fit Jo en croisant les bras, elle était en colère. Parce que c'était lui qui avait promis d'écrire, et c'était vrai il l'avait fait, et elle avait répondu, peut-être pas la lettre la plus longue, ou la plus extraordinaire du monde, mais elle avait envoyé son courrier, sans réponse. Qu'est-ce qu'elle était censé faire, le harceler de hiboux, cogner à sa porte pendant trois heures pour qu'il daigne lui répondre.

Elle le regarda fixement, et soupira bruyamment, elle avait eu envie de le voir, de discuter avec lui, de tous les soucis qu'elle avait avec Inès, et les autres serpentards, du fait qu'elle s'était presque caché dans un placard pendant des mois, se réfugiant à la bibliothèque, où elle avait eu de ses nouvelles par Elena. Mais maintenant, elle avait simplement envie de prendre le train, de terminer cette conversation et de passer à autre chose. Mais au fond, elle sentait qu'il était important qu'elle mette un point final à cette histoire, pour passer à autre chose. Dans quelques mois, elle ferait ses bagages, non elle serait déjà dans le pensionnant en Allemagne pour suivre ses cours, et les amitiés de Poudlard, seraient oubliés, et elle se ferait une nouvelle vie.
"Sans doute en effet, je n'en avais pas besoin, la preuve, je suis toujours là, j'ai survécu sans ton amitié " fit-elle peut-être un méchamment, mais après tout c'est lui qui n'avait pas tenu sa promesse. En admettant que sa lettre ce soit perdu, pourquoi il n'en a pas envoyé une autre. Sans doute avait-il autre chose à faire que s'occuper de la petite Jo, et bien c'était pareil pour elle, elle avait d'autre chose à faire que de s'occuper de Caleb.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 673
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Jeu 22 Déc - 18:51

Ai-je dit que tout était de sa faute ? Non, à aucun moment, il ne me semble, non. Mais cela ne fait pas le moindre doute, l'esprit échaudé de celle qui visiblement n'est plus mon amie a de la rancoeur à revendre, et elle me la balance en pleine figure sans l'ombre d'une hésitation, avec un aplomb incroyable. Ce que j'essayais de lui dire, moi, c'était que nos torts étaient peut-être partagés. D'un autre côté, je ne devrais peut-être pas me sentir heurté, c'est bien qu'elle pense que les torts m'appartiennent, que je suis un salaud sans coeur, puisqu'elle sera de toute façon mieux, plus sereine, tranquille, protégée, si je disparais de son sillage comme j'ai déjà commencé à le faire. Notre rencontre, notre conversation, au mieux, c'est un malencontreux accident, ni plus ni moins. C'est douloureux à admettre. La pilule s'avale difficilement. Mais je dois voir la réalité en face. Donc, j'ai promis de lui écrire, comme je ne l'ai pas fait assez, je suis responsable. Ça tombe sous le sens, après tout. De toute manière, je n'ai plus l'intention de me défendre de ses accusations. Qu'elle me traite en connard, puisque visiblement j'en suis un pour elle.

Elle me le dit d'une façon extrêmement blessante, mais j'imagine que c'est le but, elle n'a pas besoin de moi. Et moi, ai-je besoin d'elle ? Elle ne me croirait pas si je lui révélais le fond de ma pensée, pourtant c'est la stricte vérité. Oui, j'ai encore besoin d'elle. Bien sûr, rien de ce que je dis ou fais n'est là pour en dresser le constat. Puisque je ne dis rien et ne fais rien. Mais pourtant, j'aurais bien besoin de quelqu'un comme Jo dans la vie, quelqu'un de droit, quelqu'un de pur, d'humain... mais je ne mérite pas les amitiés de ce genre. Je ne peux prétendre à la lumière, moi qui ai enveloppé ma vie d'ombre. Tout ce que j'arriverais à faire, en m'accrochant, c'est d'éteindre cette lumière, cette belle âme. Je détruis tout ce que je touche, je fais du mal à tous ceux à qui je tiens... Ça ne peut pas... Ça ne doit pas durer. Qu'elle me haïsse, oui, c'est mieux. Et s'il est vrai qu'elle se fiche de moi, qu'elle peut vivre sans moi, alors tant mieux. Pas pour moi, non, mais pour elle. Je ne veux pas qu'elle souffre... Je ne veux pas... J'ai déjà bien trop fait en mal pour elle.

-Ne te plains pas, alors
, je me force à répliquer en baissant les yeux. Tu as raison, tu n'as pas besoin de mon amitié. Rester loin de moi, c'est le mieux que je puisse te souhaiter.

Et je le pense, je le pense vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 6384
Humeur :
75 / 10075 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Ven 23 Déc - 0:09


Jo était en colère contre Caleb, et elle avait envie de lui dire ces quatre vérités, et puis de passer à autre chose, et ne jamais le revoir. De toute façon, elle pouvait vivre sans lui, la preuve était là après plus d'un an sans lui parler. Elle était dans cet état d'esprit, jusqu'à ce qu'il dise de rester loin de lui. A ces mots, la jeune fille se figea, c'était presque les mêmes mots que Olive avait prononcé avant de mourir, sans savoir pourquoi, elle y pensa soudainement. Elle ne pouvait pas croire que Caleb allait subir le même sort que sa cousine. Personne n'avait d'ailleurs trouver ce qui lui était arrivé, Pomona ne lui donnait d'ailleurs plus de nouvelles. Peut-être qu'elle devrait comprendre ce qui est arrivé à sa cousine. Jo avait tellement était empêtrée dans sa vie, qu'elle en avait oublié celle des autres. La jeune fille se sentit un peu honteuse de s'être comporté de cette façon. Elle tendit la main devant elle pour arrêter le jeune homme de parler. Et soupira plusieurs fois  comme pour être sûre de bien faire le point sur ses pensées et ce qu'elle avait envie de dire.

"Ne dis pas ça... Olive... elle a dit la même chose avant de mourir." fit Jo en fronçant les sourcils. Peut-être aussi de colère. Elle s'était brouillé avec sa cousine, et sa lettre lui avait montrée qu'elle avait fait ça pour la protéger. Caleb était-il entrain de faire la même chose. En effet, ils étaient tous entrain de la protéger d'un danger dont elle avait même conscience, et cela la mettait un peu en colère, parce qu'ils ne semblaient pas lui faire confiance pour se protéger toute seule. Elle avait marre d'être placé sur un piédestal, comme une petite chose fragile qu'on devait protéger. Et pourtant contre le danger Inès, personne n'avait rien fait, c'était à ne rien comprendre. Est-ce elle, spécialement qui était menacé, ou bien... tout le monde. Elle n'avait rien fait à personne, donc c'était forcément le monde.
"Je me plains pas, j'essaie de comprendre. Et je comprend rien, et ça me met en colère." fit Jo en croisant les bras, était-elle à ce point idiote pour ne rien comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 673
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Sam 31 Déc - 14:36

Je m'attendais à beaucoup de réponses de la part de mon interlocutrice, je me disais qu'elle allait peut-être se mettre en colère, me traiter de tous les noms, et peut-être agir froidement et passer son chemin. Mais elle ne fit rien de tout ça... À la place, elle me parla d'Olive. Cela faisait longtemps que je n'avais plus entendu son nom, et je ne m'attendais pas à ce que Jo le prononce. Aussitôt, je sens mon coeur se serrer. Je ne savais pas qu'Olive avait confié à Jo une chose pareille, mais je ne suis pas du tout surpris, en fait. Olive a été l'une des victimes les plus violentes de Lord Voldemort... Et elle me manque. Je regrette ce qui lui est arrivé... et justement, je ne veux pas que Jo connaisse un sort similaire, vraiment pas, et plus elle laissera s'exprimer sa curiosité, plus elle sera en danger. Je ne veux pas que ce soit le cas. Je tiens bien trop à elle pour cela. Même si je ne le montre pas. Et même si elle ne doit vraiment pas le ressentir. Je l'observe un moment les bras croisés. Je ne sais pas vraiment quoi lui répondre. La vérité ? Ce serait déjà la mettre en danger. J'hésite vraiment. La laisser dans l'ignorance, c'est peut-être un danger déjà pour elle. Je le reconnais, elle me pose une sérieuse colle, là. Je ne sais pas... Je choisis finalement une sorte d'entre-deux qui ne va sûrement pas la satisfaire.

-Désolé...


Je ne sais pas si je fais bien de m'excuser mais je fais ce choix parce que je pense qu'elle le mérite. Qu'au moins une seule personne lui présente ses excuses, elle qu'on rejetait sans qu'on lui laisse à disposition les clés qui lui permettraient de comprendre pourquoi. Je ne serais sans doute pas beaucoup plus éclairant. Mais au moins, je veux savoir que même si rien ne le prouve encore, je tiens à elle. Ce que je veux faire, c'est la protéger, c'est absolument tout. Et elle a le droit de ne pas y croire. De ne pas me croire.

-J'ai... fait un choix dangereux. Moi je ne risque rien.
Enfin, ça, c'était vite dit... Parce que je sais bien qu'en étant un mangemort, je ne suis pas du tout en sécurité, mais ce n'était pas de moi qu'il était question. Mais les gens qui m'entourent, oui. Je marque une pause. Je ne peux pas te dire grand chose... Mais quand je te dis que je ne veux pas qu'il t'arrive quoi que ce soit, c'est la vérité.

Et elle n'est pas en sécurité avec moi, même si ça me fend le coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 6384
Humeur :
75 / 10075 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Sam 7 Jan - 21:23


Jo avait donc vu juste, il y avait bien une menace, la jeune femme regarda son ami qui lui disait avoir fait un choix dangereux, mais qu'il ne risquait rien, alors que les gens autour de lui. Est-ce pour ça qu'il l'avait mi à l'écart, tout comme Olive, et peut-être que c'était la même chose pour Daniel après tout. Mais tout cela ne changeait rien, ils ne pouvaient plus être amis, en fait cela renforcé même leur séparation. Jo soupira, il en avait trop dit ou pas assez, mais elle savait qu'il n'en dirait pas plus sur le sujet. La jeune fille était tout de même partagé entre l'envie d'en savoir plus, et respecter la volonté de Caleb et Olive qui voulait la mettre à l'écart. Aujourd'hui, elle se rendait à Poudlard, elle n'avait guère le temps malheureusement de creuser la question sur le sujet.

"Je veux bien te croire" fit Jo en haussant les épaules. C'était vrai, elle le croyait, elle ne pouvait pas penser qu'il ait voulu couper les ponts avec elle parce qu'il ne l'aimait pas. Il avait passé bien trop de temps à veiller sur elle quand il était à Poudlard. Mais elle aurait tout de même aimé avoir cette conversation bien plus tôt, pour ne pas passer une année aussi difficile à se poser des questions sur ses liens avec le jeune homme.
"Je veux pas non plus qu'il t'arrive quelque chose" murmura Jo, plus pour elle-même que pour Caleb, mais peut-être qu'il l'avait entendu. Et maintenant qu'est ce qu'ils pouvaient se dire de plus, c'était sans doute le moment de se dire au-revoir et peut-être adieu. Jo irait dans une école en Allemagne, l'année prochaine et vu le peu de contact qu'ils avaient en habitant le même pays, ce serait bien difficile de se contacter depuis l'autre bout de l'Europe.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 673
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Jeu 12 Jan - 16:05

J'esquisse un sourire qui n'a rien de vraiment heureux quand Jo me dit qu'elle veut bien me croire quand je lui affirme que je ne veux pas qu'il lui arrive quoi que ce soit. Elle peut me croire en effet, parce que c'est vrai. J'ai toujours eu à coeur de protéger la vert et argent. Quand on était à Poudlard, je le faisais plus directement. Maintenant, même si ça peut paraître contradictoire au possible, c'est en l'ignorant que j'espère prendre soin d'elle. Ça doit lui paraître idiot, et ce n'était peut-être pas la meilleure option, mais c'était la seule qui m'était venue à l'époque, et ce n'était pas comme si je pouvais faire grand-chose. Cette décision, je ne peux pas revenir dessus, bien au contraire. Encore moins maintenant qu'avant. Les mangemorts ont pris de l'ampleur, leurs actions sont devenues de plus en plus dangereuses, je ne peux tout simplement pas revenir en arrière, je dois assumer mes décisions, même si je n'aime pas donner à Jo  le sentiment que je l'abandonne (ce que je fais peut-être, en effet). C'est ce qu'on dit... nous avons pris des chemins différents, tous les deux. Je n'aime pas cette expression, mais il se peut qu'elle ne nous aille pas si mal que ça.

Jo ajouta ensuite, à voix plus basse, qu'elle ne voulait pas non plus qu'il m'arrive quoi que ce soit. J'ai à peine entendu ces mots, si bien que je ne suis pas certain qu'ils m'étaient adressés, Jo parlait peut-être plus pour elle-même... mais dans tous les cas, je les ai en effet entendus, et ils me vont droit au coeur, même si je ne peux rien promettre du tout à mon interlocutrice. J'aimerais bien lui promettre qu'il ne m'arrivera rien. Je préfèrerais, d'ailleurs, mais c'est sûrement trop tard, déjà, ce n'est pas comme si je n'avais pas déjà été éprouvé par ma situation et les circonstances. Et je sais bien que ça recommencera. C'est un cycle sans fin.

-C'est trop tard
, je réponds alors.

Ce n'était pas dans mon intention de me montrer défaitiste ou quoi que ce soit, c'est juste la vérité. Et ce n'est pas si grave. S'il m'arrive quelque chose, je l'aurais mérité. Mais Jo, elle, ne mérite rien que le meilleur, et je veux vraiment croire que c'est ce qu'elle finira par obtenir, d'une façon ou d'une autre, quelle qu'elle soit.

-Écoute...
Je sens que le train est sur le départ. Prends soin de toi, d'accord ? Je marque une pause. T'as pas besoin des autres pour être heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 6384
Humeur :
75 / 10075 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, avec un crin de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jodelle Ferland

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   Dim 22 Jan - 16:37


Jo ne comprenait vraiment rien à tout ça, pourquoi personne ne veut lui dire ce qui se passe. Elle n'est pas bête, elle voit bien que des choses graves arrivent, mais entre son père qui ne lui dit rien pour qu'il ne lui arrive rien, entre le peu d'amis qui lui parlent plus, parce que ça la met en danger, entre ses camarades qui lui parlent par ce qu'elle est le souffre-douleur du coin. Elle finit par être toute seule parce qu'on veut la protéger, cela n'a aucun sens pour la jeune fille. Malheureusement, elle n'a pas le temps d'en débattre, parce que le train va partir, et qu'elle n'a pas le temps de finir sa conversation avec Caleb. Elle sait tout comme Olive, qu'il ne lui dira rien, même si elle l'asticote pendant des heures, ou avec des tonnes de lettres. Il ne reste donc plus qu'à dire aussi au revoir à une amitié qui s'est perdue dans les méandres du temps, et que ni l'un, ni l'autre n'a voulu la tenir vivace.

Jo allait donc prendre ce train, finir son année, peut-être qu'elle aura de la chance de le croiser pendant les vacances de Noël, mais les choses n'auront guère changer, et il deviendra juste une personne qu'on a connu pendant ses années à Poudlard. Puis, elle partirait en Allemagne, sans jamais avoir eu de réponses. La jeune fille n'avait pas envie que les choses s'arrêtent comme ça, elle avait besoin de connaître ce secret que tout le monde semble vouloir garder pour sa sécurité, mais auprès de qui pourrait-elle demander si personne ne lui dit rien, rien de rien. Elle hocha la tête, avec un petit air triste, elle voulait vite partir, avant de se mettre à pleurer, sur tout ce gâchis.

"Prend soin de toi aussi" fit-elle avant de prendre sa valise et se dirigea vers le train, sans se retourner pour ne pas lui montrer ses larmes coulant sur ses joues. C'était fini.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Amitié perdue dans les méandres du temps   

Revenir en haut Aller en bas
 

Amitié perdue dans les méandres du temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les Méandres du temps
» Une Ame perdue dans la forêt de Cendre [Pv Nuage de Cendres]
» Petite virée dans le Canyon [libre]
» NALA CANICHE ABRICOT F 13 ANS PERDUE DANS LE 34
» Perdu dans le désert !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Gare de King's Cross :: La voie 9 3/4
-