AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
POUFSOUFFLE
Victor Monen
▌ Messages : 57
Humeur :
La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor) Left_bar_bleue10 / 10010 / 100La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor) Right_bar_bleue


La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor) Empty
Message#Sujet: La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor)   La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor) Icon_minitimeDim 3 Mar 2019 - 16:27


Victor avait été pas mal remué ces derniers temps. Trois ans que Peter était mort, trois ans qu'il déprimait, qu'il se trouvait au fond du trou chaque été. Cette année aurait du être moins éprouvante, le temps faisant son office, mais ce n'était pas le cas. Ce qui torturait Victor n'était pas seulement la perte de Peter, le seul auprès de qui il avait osé être lui même. Non, le plus dur était ce que sa mort impliquait. Et le jeune homme devait de plus en plus se rendre à l'évidence. Il ne pourrait plus se mentir. Il avait 17 ans, depuis quelques années déjà ses hormones lui avaient fait comprendre sa différence. Et à son âge, il ne pouvait plus se le cacher. La seule chose dont il était encore capable était de le cacher aux autres. Il se sentait condamné à vivre seul, loin des autres, loin de quiconque.

Mais ce que très peu avaient déjà remarqué chez ce garçon, était que Victor aimait profondément. Il aimait les gens, il aimait le monde, et se sentait contraint de ne pas aimer, de ne parler à personne. Il avait trop peur de finir lobotomisé, tué ou harcelé.
Alors que beaucoup voyaient Vincent comme celui qui aimait et Victor comme le bougre qui n'aimerait jamais (et leurs ex petites amies à chacun d'eux tenait le même discours) la vérité était tout autre. Vincent enchaînait les petites amies et les plaisirs de la chair car il ne connaissait que cela à l'amour. Très jeune il avait vu sa mère souffrir de la perte de son mari, puis Victor s'isoler et s’interdire d'aimer. Il avait reproduit ce schéma. Et Victor lui, souffrait de trop aimer et de devoir le cacher.

Cet été là, il avait dépassé ses limites à plusieurs reprises, et il en restait marqué.

Il avait vu Luna et lui avait avoué qu'elle lui avait sauvé la vie. Il avait du se livrer, s'ouvrir à elle pour cela, et en restait encore marqué.
Mais il y avait surtout cette petite étincelle qu'avait fait naître Melody dans le Poudlard express. Elle lui avait fait naître une envie, un léger espoir fragile. Il s'était vu faire une carrière musicale, et cette simple vision imaginaire l'avait empli de chaleur, lui qui ne s'imaginait aucun avenir possible. Mais pour cela, il devrait s'ouvrir encore aux autres, et faire écouter ses morceau. Et c'était tout bonnement impossible à ses yeux. Seuls Vincent et leur mère l'avaient déjà entendu. Lorsque Victor jouait, il jouait avec son cœur, il exprimait ses émotions au plus pur, au plus brut aussi. Il communiquait avec la musique. Nombre de fois il avait avoué son mal-être et son homosexualité à son frère, sans prononcer le moindre mot, simplement avec la musique. Mais lorsque Vincent, qui avait depuis longtemps compris, essayait de le faire parler, il se trouvait face à un mur.
D'ailleurs les rares morceaux chantés que Victor composait étaient soit dans des langues étrangères, soit peines de métaphores. c'était comme un langage codé dont seul lui connaissait la clef. Mais les émotions, elles, étaient dévoilées à vif.

C'est cela qu'il aimait dans la musique. C'était devenu un besoin. Mais...jouer devant d'autres personnes...c'était impossible à ses yeux. trop, tellement trop difficile. Alors il retombait de haut après s'être senti un avenir possible. Et petit à petit, Victor ne jouait que des morceaux déprimants, lancinants, ou profitait du séjour professionnel de un mois de sa mère, pour passer ses journées à boire plus que de raison, dormir, et se trancher la peau, essayant d'atteindre les veines, lorsque Vincent n'était pas là.

Vincent ne savait plus quoi faire. Ses paroles aidaient, certes, sa présence aussi, mais Victor était tombé trop bas. Ainsi s'était-il vu obligé de lui prendre sa baguette et tout ce qu'il avait vu de tranchant.

Ce jour là, Vincent avait appelé Glynnis, ne sachant plus quoi faire. Il savait qu'elle avait une relation particulière avec son frère. Glynnis était surement la deuxième personne la plus proches aux yeux de Victor, après son frère bien sur. Mais jamais ils ne se l'étaient avoué. Glynnis était comme une sœur pour Vincent, il le lui avait déjà dit, mais si Victor ressentait la même chose, il ne le lui avait jamais prouvé ni avoué, la rejetant comme il le faisait avec tout le monde.

Vincent était trop affecté par le peine de Victor, il était à bout de nerf et son esprit allait dans tous les sens. La seule personne capable de l'aider était au fond du gouffre. Il était trois heures de l'après midi, il faisait les cent pas dans le salon, attendant que sa sœur de cœur vienne les secourir.
Victor, lui, dormait encore. Enfin il cuvait. Il avait bu tout ce qu'il avait trouvé, toute la nuit. Il avait tenté une nouvelle fois de mourir, mais avait été trop saoul pour faire le travail correctement. La bouteille cassée qu'il avait utilisée pour se faire du mal lui avait fait un entaille trop peu profonde et pas du tout au niveau des veines. Mais l'intention avait été là. Les draps étaient tachetés de sang, le sol était tapissé de bouteilles vides et de vêtements sales. Et lui même ne devait pas avoir pris de douche depuis au moins trois jours.

Vincent espérait que la pauvre Glynnis ne verrait pas ce triste spectacle, mais lui même était détruit de voir son frère dans cet état. Il l'avait vu trop souvent depuis trois ans, beaucoup trop souvent.


_________________
La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor) Ezgif-5-e28b5b9599petit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Glynnis Griffiths
▌ Messages : 83
Humeur :
La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Orme, 28 cm, ventricule de coeur de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Elizabeth Olsen

La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor) Empty
Message#Sujet: Re: La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor)   La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor) Icon_minitimeVen 29 Mar 2019 - 10:12

La famille la plus proche est celle que l'on choisit

Des connexions se créent, parfois, entre les êtres, inexplicables, profondes, sincères et quelque part inévitable. C'est ce que Glynnis avait tout de suite compris et ressenti vis-à-vis des jumeaux Monen. Une sorte de lien quasiment fraternel, qui ne peut rivaliser avec le lien qu'entretiennent deux jumeaux, bien sûr, mais qui la fait se sentir proche aussi bien de l'un que de l'autre. Elle se reconnaît en eux, parfois pour des raisons qu'elle reconnaît immédiatement, à d'autres moments sans se l'expliquer, mais avec certitude malgré tout. Dans tous les cas, elle a endossé presque naturellement un rôle de grande soeur pour eux, et elle s'y tient autant que possible.

Ce n'est pas toujours simple, elle ne peut pas toujours être aussi présente qu'elle le voudrait pour Victor et Vincent. Avec sa carrière de joueuse internationale, elle était souvent loin de l'Angleterre, d'un bout à l'autre de la Terre. Elle faisait au mieux tout de même pour accorder à ses proches tout le temps nécessaire, d'autant plus quand elle savait qu'ils pouvaient être dans le besoin.

Quand elle reçoit un message alarmant de Vincent, qui lui demande de venir les trouver, parce que Victor ne va pas bien, évidemment, Glynnis n'hésite pas ne serait-ce qu'un instant, elle accourt aussi vite que faire se peut. Il ne faut pas longtemps pour qu'elle transplane jusque chez les Monen, le front barré d'une ride inquièt. Elle espère qu'arrivée sur place, la situation ne va pas être aussi terrible que ce qu'elle appréhende. Elle est d'un naturel inquiet, elle se fait du mouron facilement, et là, elle se dit que les jumeaux ne lui ont jamais donné de mauvaises raisons de se faire du mouron, malheureusement.

Quand on lui ouvre la porte, elle parvient à esquisser un sourire, mais pas en revanche à avoir l'air détendue, elle ne le saura pas tant qu'elle n'aura pas vu Victor et qu'elle ne se sera pas assuré que son cas n'est pas trop grave.

"Je suis là..."

C'est bête à dire, parce que c'est évident, qu'elle est là, mais elle ne sait pas quoi dire d'autre. Elle attend qu'on lui donne plus de détails, qu'on lui explique, perclue d'angoisse.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
there's always more
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La famille la plus proche est celle que l'on choisit (Glynnis / Victor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La famille d'Aristide est-elle plus riche que celle des Clintons?
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Nuage de Givre : recherche famille du Clan de la rivière
» Famille Céleste [Non-disponible]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-